Encore_une_lectrice (3) – Pièces à conviction 2

Après deux mails qui se suivaient et devant mon absence totale sur Meetic, on aurait pu s’attendre à ce que Léa, comme tout le monde, n’insiste pas et en ait même oublié jusqu’à mon pseudo au delà de dix jours. Que nenni ! C’est à partir de là, du nombre de ses mails qu’elle est d’office suspectée : bien qu’elle ne laisse jamais rien transparaître, si trois mails m’auraient peut-être laissé un doute, quatre m’ont conforté dans la certitude d’être en face d’une lectrice ! Si cela pipe les dés, mon plaisir de mâle sollicité n’en est aucunement affecté.

Au cas où je n’aurais pas suffisamment culpabilisé de ne pas m’être manifesté, j’ai donc eu le droit à un quatrième et dernier mail, plus d’un mois après ses deux premiers, écrit avec un enthousiasme quasi intact :

Les premiers sentiments qui me viennent quand je lis de jolis messages avec beaucoup de retard (un mois et demi, en l’occurence dans le cas présent), c’est d’imaginer derrière l’attente et la déception grandissante qu’il a pu y avoir devant l’absence de quelque réponse que ce soit. Attente et déception que l’on peut imaginer proportionnelles au temps et à l’énergie déployés à écrire et à s’enthousiasmer. J’en sais quelque chose ! C’est comme un Chaplin réjoui et attentionné un soir de nouvel an en train d’attendre des invitées qui l’ont oublié et qui ne viendront pas.

 
La suite : « Encore_une_lectrice (4) – Interrogatoire »

19 réponses sur “Encore_une_lectrice (3) – Pièces à conviction 2”

  1. Je n’avais pas été convaincue par les précédents mails, mais je trouve que là c’est vraiment du grand art. Et du coup j’ai envie de dire comme une groupie de base « la suite, la suiiiiiite! » ^^’

  2. Cette personne est touchante… Moi non plus je n’ai rien d’extra-lucide mais je sens dans ses mots, malgré l’apparente lourdeur de sa démarche, quelque chose de frais et de léger qui mérite – peut-être – que l’on s’y arrête ?
    En tout cas, votre blog est une belle initiative : bonne continuation dans votre quête !!!
    (Même si le chemin est le but, je suis sûr que vous aboutirez, sans doute au moment où vous ne vous y attendrez pas…)

  3. Salut Anadema,

    Hé oui, c’est moi, l’Abel de qualité, toujours le même depuis notre rencontre du 2 juin 2004 (j’ai bonne mémoire).
    Je trouve cette jeune fille vraiment talentueuse (dans l’art de ne pas dire grand chose, certes, mais il faut savoir manier la plume pour le faire de telle manière).
    J’espère vraiment que tu seras allé jusqu’à la rencontrer (ou plus…hum, pardon). Un tel enthousiasme et une telle fraicheur, cela fait rêver les internautes-mâles que nous sommes…

    Abel

  4. C’est dommage qu’elle parle pour ne rien dire… Ses mails auraient pu être beaucoup plus court, un simple : « Je suis déçu que tu ne me lise pas mais j’insiste », c’est en gros la seule idée de ses mails.
    Ceci étant dit son style est très sympathique et c’est très agréable à lire, mais j’aurai préféré qu’elle développe d’autres idées..
    Peut-être dans un prochain mail ???
    Alors Léa si tu nous lis, tu sais ce qu’il te reste à faire ! 🙂

  5. Cette demoiselle s’accroche à ton moi virtuel telle une moule à son rocher, un poux à son cheveu, un morpion à … oups! j’arrête là les métaphores!
    Pourtant, tant de persévérance ne peut que forcer l’admiration et attiser la curiosité.
    Mais, comme tu le fais remarquer, il y a quelquechose de triste dans l’envoi de ces mails. Ce sont autant de bouteilles lancées à la mer dont le contenu est, au mieux,lu par le destinataire avec retard (toi), au pire, disséqué par des inconnus (nous, les lecteurs de ton blog).

  6. Cela aurait été une utilisatrice innocente de meetic, cela aurait été joli…
    Là je la trouve un peu lourde… dans son approche.
    Elle peut toujours être une charmante jeune fille mais bon ça fait un peu groopie là…

  7. je crois qu’indéniablement les mots ténacité et optimisme sont appropriés pour cette demoiselle ! : -)

    Mais n’a-t-elle jamais écrit un mail par l’intermédiaire du blog? Si c’était une lectrice (comme je le pense aussi) et que son but était d’arriver à te contacter, la fin aurait pu justifier les moyens non ?

  8. Il est vrai que sa tenacité la rend « mignonne » mais cette façon qu’elle a de parler pour ne rien dire est assez agaçant lorsque le mail s’étend sur 40lignes. A peine commence t elle qu’on lit déjà une ligne sur deux…
    Bref, ce récit est la cinquième partie, tu comptes en faire une saison complète ou la chute arrive bientôt ?

  9. Bon je crois que tu dois la rencontrer maintenant!
    Allez, sinon on ne saura jamais le fin mot de l’histoire!

    Allez la rencontre s’impose! De toute façon dans tous les cas on va se gaver!

  10. Salut Anadema,
    Je lis ton blog depuis le debut, mais je n’ai quasiment jamais posté je crois … par contre tu m’avais aidé par mail sur un logiciel il y a bien longtemps, m’enfin …
    Pour revenir à cette éventuelle collègue lectrice, je trouve ces mails superbement rédigés, car quoi de plus difficile d’écrire pour ne rien dire, et de parvenir à écrire toutes ces lignes ?!
    J’espere sincerement que tu lui auras répondu, apres tout le mal qu’elle s’est donnée, et puis parce que je trouve qu’elle suscite la curiosité tout de meme.
    Alors, impatiente de lire la suite …

  11. Tu es concsient du mal que tu fais à cette pauvre fille et tu persiste… Tu n’est vraiment qu’un bel égoïste. Désormais, c’est décidé je ne fréquenterais plus ton blog.

    adieu

  12. Il n’est pas trop tard pour vous souhaiter à toutes et tous une excellente année 2008 ! 🙂

    Chipolata > Oui, elle s’est surpassée !

    Frank > Je l’ai trouvée également touchante. Il n’y a pour moi aucune apparente lourdeur, juste un délicieux exercice de style.

    L’Abel rouge > 3 ans et demi, c’est à donner le vertige ! Je ne suis pas étonné de te voir sensible aux mêmes qualités littéraires que moi. Je la trouve très talentueuse aussi, j’aime beaucoup tout ce qui est exercice de style fin et subtil et là j’ai été servi, avec humour et second degré. Je ne suis pas si étonné non plus, à la réflexion, de voir que beaucoup n’accrochent pas sur ce type de délires, ou ne perçoivent qu’un « parler pour ne rien dire », compte tenu de ce que j’ai pu percevoir dans l’expression des utilisateurs de Meetic en général ou dans les réactions courantes des gens face à mes impressions dans ce blog.

    Hesiode > Si elle m’avait répondu : « Je suis déçu que tu ne me lise pas mais j’insiste », au delà de constater qu’elle accumule 2 fautes par ligne (ce qui peut être rédhibitoire pour moi), je pense que je l’aurais trouvée plus insistante qu’originale ou touchante, même si elle aurait pu être dans son bon droit de me reprocher mon silence (relatif, lorque l’on n’a pas d’abonnement). Pour ma part, je suis plus sensible à l’originalité, à la créativité et à un certain effort (qui témoigne d’un désir), qu’à l’empilement d’informations qui ne m’intéresse guère quand je ne connais pas quelqu’un.

    Olga > 🙂 En tout cas, magnétiser, c’est drôlement plaisant !

    murfie > Un morpion à son bureau de tabac, tu voulais dire ?! Il est vrai que Meetic tient du jeu de hasard et pour avoir moi-même jeté par le passé nombre de bouteilles à la mer (qui doivent être au fond de l’océan, à ce jour), les mails de Léa m’ont d’autant plus touché que je connais la grande fragilité de leur aboutissement.

    PatatoOor > Pour moi, c’est l’inverse : si j’avais pensé que ça pouvait être une utilisatrice innocente de Meetic, je l’aurais soupçonnée d’être hystérique, niaise ou folle. Il me paraît suspect de partir dans de grandes envolées lyriques pendant un mois sur la base de deux petites photos et d’un bout de texte d’annonce. En revanche, s’il s’avère que c’est une lectrice, cela change la donne : ce qu’elle a pu percevoir de moi à travers un blog ne se limite pas à une maigre fiche Meetic et peut justifier tant de persévèrance. En ce qui me concerne, je pourrais me sentir une envie profonde de contacter une blogueuse dont les écrits me toucheraient particulièrement et avec lesquels je me sentirais vraiment en phase. Mais les 2000 caractères max d’une annonce de Meetic ne suffisent pas à cela.

    apostr’fée > L’optimisme est communicatif. Et la fin justifie les moyens, je suis bien d’accord avec toi. Mais reste à vérifier que c’est bien une lectrice, ce que je raconterai dans le prochain post ! : -)

    Pinkophage > Je sais par définition que tout le monde n’aime pas les longs mails et je comprends que 40 lignes, ça puisse paraître trop pour le quidam (d’autant plus qu’ici, on monte même à 110 lignes exactement, rien que ça !!). Mais pour moi, ce qui est le plus important avec un mail, c’est sa capacité à démontrer des affinités. Pour toi, c’est un mail chiant sans intérêt qui parle pour ne rien dire alors que c’est pour moi un petit bijou de finesse et d’esprit, qui révèle intelligence, subtilité, humour et attention. Imagine le gain de temps et d’énergie apportés par cette révélation instantanée que nous serions toi et moi strictement incompatibles sur le plan intellectuel (le sexe ne pouvant pas tout rattraper !). Cela ne vaut-il pas mieux que toutes les belles paroles ?

    Nick’O > Mais si, mais si. La suite va suivre.

    Joee > Un logiciel ??!! 🙂 Je trouve comme toi que c’est un très joli exercice de style fin et subtil qu’elle s’est donné la peine de m’écrire. C’est d’autant plus précieux et plaisant que c’est rare sur Meetic. De la même façon que tu espères que je lui ai répondu en regard de ses efforts, je me suis senti moi le devoir impératif de lui écrire pour ne pas la laisser face à un mur.

    florisgarden > Lol !! Euh, c’est du second degré ? 🙂

  13. Je pense que c’est la première qui soit arrivée avec un tank pour faire péter le mur mais, si ton flair est bon et qu’elle soit vraiment une lectrice, je pense que la lecture du blog lui a permis d’éviter les pièges et faire cet exercice de style. Ce que je veux dire par là, c’est qu’une lectrice assidûe de ton blog arrivera (désormais) facilement à comprendre ce que tu attends d’une personne qui tentera de te contacter sur meetic, bref, la recette est dans le blog :-).
    Pour cela, si Léa lit ce commentaire, je lui dis bravo, quel bel exploit! (je le pense sincèrement)

  14. Pour répondre à ton commentaire Anadema, je suis d’accord sur le fait que le mail est un excellent moyen pour voir la compatibilité entre deux personnes. Personnellement, si le mail n’est pas original, drôle, fin ou les trois en même temps, je ne réponds pas. Ce n’est pas franchement ses mails en eux mêmes que je lui « reproche » (si tant est que je lui reproche quelque chose d’ailleurs !), mais plutôt la cascade de mails qu’elle envoie, que je trouve, à la longue, assez lourde. Un mail comme cela aurait été amusant, intrigant, et j’en passe, mais 4, ça fait beaucoup. J’aime moi aussi beaucoup recevoir des longs mails de gens inconnus, mais je préfère personnellement lorsqu’il y a plus de « contenu ». Cela dit, en effet comme tu le dis si bien, nous sommes parfaitement incompatibles, mais pour bien d’autres raisons que la perception d’un mail ! 🙂

  15. Sachin > Oui, je reconnais qu’il faut parfois mettre les grands moyens pour me faire réagir ! Non pas que je sois si difficile mais je peux parfois être un peu long à la détente ! Je te rejoins sur les avantages du blog pour savoir quoi m’écrire pour m’intéresser. Effectivement, un blog apporte après de nombreuses années de multiples recettes. C’est d’ailleurs pourquoi je suis devenu à la fin si parano avec les mails a priori alléchants.

    En revanche, le cas de Léa est un peu différent. Le nombre de ses mails m’a ôté tout doute quant à sa qualité de lectrice (on n’agit pas ainsi quand on veut rester discret), ce qui m’a enlevé le poids d’une suspicion fébrile (rien n’est pire que de ne pas être sûr). D’autre part, je ne pense pas possible de pouvoir se donner autant de peine juste pour jouer ou pour être conforme à un hypothétique modèle. Ce qu’il y a dans ses mails n’est pas un amoncellement de trucs censés me plaire mais un délire, un exercice de style personnel, particulier et propre à la personnalité de cette Léa. Moi, j’y ai senti de l’honnêteté et de la spontanéité, ce qui est extrêmement difficile à feindre. Je pense que l’on sent quand on est en phase intellectuellement avec quelqu’un et que mon blog lui a permis de sentir qu’elle pouvait écrire ce qu’elle avait envie dans la forme qu’elle avait envie, en sachant dans tous les cas que je saurais l’apprécier.

    Pinkophage > Je n’ai jamais dit que nous étions incompatibles de par notre perception différente d’un mail, mais par ce que celle-ci induit : à savoir une définition sans doute profondément différente de ce que peut être la finesse, l’humour ou l’originalité. Je ne doute point que tu apprécies grandement un mail « original, drôle, fin ou les trois en même temps » de la même façon que je ne connais personne qui avoue apprécier la bêtise ou la lourdeur. Et sans vouloir être salace, ce que tu peux considérer comme long peut m’apparaître bien court à mon échelle. L’important au final est de partager une même sensibilité, un même humour, une même subtilité. Te concernant, je me limiterai donc aux jolies jambes que tu affiches sur ton blog !

    Pour ce qui est de la cascade, note que les 4 mails ont été envoyés pendant 1 mois à intervalle de 15 jours, sans que je ne puisse les lire. C’est donc très différent que de recevoir 4 mails en 4 jours ! Et très franchement, si je n’avais reçu qu’un seul mail, je ne pense pas que j’aurais appelé le numéro surtaxé de Meetic pour ouvrir mes mails non-lus. Je les aurais simplement laissés moisir dans ma boîte aux lettres. La fin justifie les moyens !

  16. Ca fait maintenant depuis le 9 aout 2007 qu’on a droit a la serie des « Encore une lectrice »…On aimerait bien en voir enfin le bout, car la, ca devient vraiment ininteressant cette succession de mails commentes et decortiques…Ce qu’on a envie de savoir, c’est si tu l’as rencontree et surtout s’il y a eu une suite !

  17. Cela fait un peu moins de 3 ans que je lis ce blog et j’apprécie toujours autant la richesse du vocabulaire employé tant par le rédacteur principal que par certains (nombreux) lecteurs.

    Je me demande maintenant, étant donné le délai laissé entre les courriers envoyés et leur publication (un an), ce qui a bien pu se passer entre temps.

    Il m’est avis que tu as délibérément tardé à publier pour ne pas influencer plus cette lectrice. Étant donné que par ailleurs tu ne parles plus de ta quête effrénée du St Graal mais seulement de considération d’ordre général sur les sites de rencontres je m’autorise à deviner la suite… après tout au 6 décembre 2006 tu étais encore célibataire donc libre de rencontrer l’insistante.

    En fait tout bien réfléchi je n’ai pas hâte que tu rencontres (télescopé ou non par un médium numérique aussi froid qu'(in)efficace) the one. The One => plus de posts!

    Bon courage tout de même, si vous faites de petits vous pourrez m’en mettre un de côté?

  18. Bonsoir, une amie m’avait parlé de ton blog il y a un petit moment, je me décide enfin à y passer dans la journée (vacances obligent). J’ai savouré une bonne partie de l’après midi. Oui, jusque là rien d’original (la suite ne le sera pas non plus ceci dis).
    A travers tes écrits on comprends peut être mieux comment se passent les rencontres via meetic (je ne suis pas du tout une habituée, je ne m’y suis jamais inscrite, j’ai déjà mon prince charmant) et j’ai appris beaucoup de choses (même sur la psychologie masculine, oui oui 😉 )
    Enfin bref, je ne vais pas te raconter ma vie , j’adore, j’aime et j’en redemande.
    A bientôt, donc.

    « Une rencontre, c’est quelque chose de décisif, une porte, une fracture, un instant qui marque le temps et crée un avant et un après. » Eric-Emmanuel Schmitt
    Parce que.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.