Léa’s Story (2) – Conversation unilatérale

Après que Léa découvre mon blog et le parcourt, il lui vient l’idée de la possibilité de me contacter. Voici le deuxième épisode de ma rencontre avec Léa, racontée de son point de vue.

    «

Conversation unilatérale   

Jusque là, pas de « souci » particulier, ou du moins rien qui justifie la suite puisqu’il m’arrive d’être positivement surprise par des propos entendus, par des choses vues, ou lues… Néanmoins, je finis par imaginer des choses et fabuler sur l’éventuelle impression que je pourrais lui faire.
Je me dis alors :
– Je ne suis pas un monstre même si je ne suis pas à mon goût.
– Je ne suis pas totalement stupide même si je ne suis pas le prix Nobel que je souhaiterais être (non pas que la reconnaissance m’apparaisse comme une consécration ultime mais on part du principe qu’on ne le donne, en principe, pas aux êtres décérébrés).
– Je suis naturellement attirée par les nombreuses touches d’humour que je décèle chez lui et y suis réactive… Cependant, ce doit aussi être le cas d’autres personnes… Alors pourquoi tenterais-je de le contacter si je ne suis pas la seule (la logique de concours n’est pas des plus stimulante pour moi) ? Parce que j’ai vraiment l’impression qu’il pourrait être sensible à ce que j’ai envie de lui dire ! Du moins je m’en suis convaincue car c’est agréable à imaginer.
Ayant tendance à parfois faire des fixations, je me raisonne en me disant que malgré cette impression de singularité, il doit y avoir je ne sais combien de personnes qui ont eu EXACTEMENT le même ressenti que moi sans pour autant qu’il soit fondé. Ce que je perçois là a donc une dimension un peu universelle qui en nuance donc l’impact.
D’autre part, même si j’étais certaine de ne pas me tromper sur ma compatibilité avec lui, il faudrait alors la conjonction de paramètres que je ne maîtrise pas pour espérer aboutir à un échange quel qu’il soit : non-« obsolescence » de son blog (à en juger par la fréquence des posts, espoir au niveau 0), réactivité de sa part (je ne spoile rien en disant que ce n’était pas gagné !)…
Et enfin, je mesure amplement l’effet grossissant qu’implique le procédé par lequel j’ai « fait connaissance avec lui » : la rencontre s’est quand même faite en présence d’un seul des deux protagonistes… le deuxième n’étant même pas au courant… ! Ce qui biaise tout de même pas mal les choses…

C’est déjà trop tard, je me suis imaginé que mes divagations n’étaient pas si farfelues. J’ai déjà eu le temps d’y croire donc c’est décidé, j’y vais ! Je vais le faire. Mais faire quoi au juste ?!? J’ai mis un certain temps à arrêter un choix mais sans savoir à propos de quoi finalement… Je crois surtout que je me décidais à ne pas refouler l’attirance que je ressentais pour une personne inconnue et qui plus est une construction : une sorte de personnage fictif. Toujours est-il que je ne savais pas exactement comment j’allais mettre en pratique cette « décision ».

————————————– Interlude musical sans musique ————————————–
(appelons cela interlude-de-la-petite-voix-qui-me-dit-que-ce-je-dis-dramatise-excessivement)

Je sais, c’est un peu grotesque ce que je décris :
Étape 1 = bon allez, on se décide on se décide !
Étape 2 = ok on est décidé
Étape 3 = bon ok mais on a décidé quoi en fait ?!?

———————————————— Fin de l’interlude ————————————————

Chaque nouvelle donnée dont je prenais connaissance sur le blog militait en faveur de ma grande réceptivité à cet Anadema. Cela dit, sans caricaturer outre mesure, on peut dire que ça se résumait parfois à « Mais il a écrit qu’il aimait les asperges… et MOI AUSSI !! C’est bien ce que je pensais : on a vraiment des atomes crochus… » (pfff). Il m’apparaissait alors vraiment gênant, voire même pas tolérable de ne pas lui signifier ma présence et le fait que j’existe (je sais : assez pathétique).
Qu’est-ce que je risquais, à part écorcher ma fierté ? Pas grand-chose effectivement…
Je me suis donc concrètement décidée à le contacter.

Entre là et le moment où j’ai finalement cliqué sur « envoyer », il y a tout de même eu une étape intermédiaire qui a consisté à savoir où envoyer justement ! Bêtement à son profil Meetic ! (oui bêtement puisque je mesure la stupidité du procédé en comparaison avec celui qui aurait simplement consisté à le contacter directement).
Je ne situe pas totalement mais je suppose que j’ai dû imaginer que ce mode de contact me vaudrait moins de suspicion de la part de l’intéressé – que de passer par le blog qui arbore pourtant un attractif « pour m’écrire un mail ! » ne demandant qu’à être utilisé – au motif qu’il avait insisté à plusieurs reprises sur le fait qu’il n’était pas fan des rencontres avec des lectrices… N’étant pas très friande de compétition, je n’avais aucune envie de rivaliser avec d’autres filles ou autres groupies – dont je suis – et ai donc préféré opter pour Meetic. Il se trouve que je lui avais envoyé un mail par l’intermédiaire de son mail Anadema quelques temps auparavant (probablement deux jours après avoir découvert le blog peut-être, même si je ne parierais pas sur la fiabilité de ce calendrier). Le mail en question n’avait pas vocation à tenter de le séduire mais uniquement lui signifier que j’adorais son blog et que je déplorais qu’il ne soit plus alimenté. Il a d’ailleurs répondu à ce mail et je n’ai pas tenté d’en profiter puisqu’à ce moment-là je n’envisageais pas de le harponner. Aussi surprenant que ça puisse paraître au vu du reste des choses que j’ai écrites ici, cet autre mode de contact préalable ne s’inscrivait pas du tout dans la démarche que je décris ici, j’étais même passée par une adresse mail qui n’était pas la mienne : le contenu était sommaire et se résumait en un « j’aime ton blog » mais gratuit en quelque sorte et non pas « stratégique » comme ce qui a pu suivre.
Il me semble m’être dit que je n’avais pas le bagage intellectuel, humoristique, physique et autres pour réussir à susciter son attention – en tout cas par le biais de son blog – donc je me suis imaginée que le parcours plus « conventionnel » du site de rencontre sur lequel il était inscrit allait s’avérer plus facile d’accès. Paradoxal puisque c’est tout sauf conventionnel : je préfère passer par un moyen détourné pour contacter une personne à laquelle j’aurais pu directement m’adresser… ! C’est finalement aussi sensé que d’envoyer des emails à quelqu’un qui est dans la même pièce que soi au lieu de lui parler directement. Pourtant, je me disais qu’ainsi, l’éventuel contact aurait l’habillage d’une rencontre lambda, telle que celles décrites dans ses posts. Sans faire de l’interprétation de comptoir, il me semble que j’ai dû vouloir, contacter le garçon plus que le blogueur comme si en passant par le blog, j’allais être confrontée à quelqu’un de plus exigeant, de plus difficile à atteindre alors qu’en tant que fille d’un site de rencontre, j’avais plus de chances de me démarquer et de l’intéresser… Au milieu de la faune kikoulolienne, disons, ça me semblait plus aisé même si je ne suis pas en train d’affirmer que ces spécimens sont représentatifs des contacts virtuels disponibles sur ces interfaces de rencontres.

À la loupe…   

S’en est donc suivi un travail d’enquêteur (toutes proportions gardées…), très amusant au demeurant, ayant consisté à récolter à la lecture des posts des éléments sur lui qu’il ne se doutait pas avoir dispersés. Pris isolement, ils ne signifiaient pas grand-chose mais leur agencement s’avérait beaucoup plus éclairant, ou du moins suffisamment pour pouvoir établir une recherche sur Meetic sur la base de critères tels que la date anniversaire, la taille… Malgré ces indices, je me retrouvais face à plusieurs dizaines de pages de profils différents en guise de résultat qu’il a donc importé de trier méticuleusement (si je tentais, en décrivant les choses telles qu’elles se sont passées, de réhabiliter ma santé mentale auprès de ceux qui ont lu mes mails, j’ai bien conscience du fait que ce n’est pas gagné… Heureusement ce n’est pas le but…). Je suis totalement incapable d’indiquer combien de profils différents étaient alors en course. Je peux simplement dire que plusieurs recherches que j’ai tentées se sont avérées infructueuses : indices relevés sur le blog erronés (ce que je n’ai su qu’en tombant sur le bon profil). Là encore je précise, en guise de sous-titre, que je ne suis pas en train de dire que sa fiche était forcément très compliquée à trouver…

—————————- Interlude belliqueux et à tendance paranoïaque —————————-

Je vois d’ici les « D’te façon sa fiche MOI je l’ai trouvée sans me fouler alors pas la peine de romancer en faisant passer ça pour un travail d’orfèvre » ce à quoi je me contente simplement de rétorquer que pour trouver cette fichue fiche, il faut quand même avoir du temps à perdre.
Pourquoi dire cela ? J’ai été surprise, dès que j’ai découvert le blog, de constater à plusieurs reprises dans les commentaires qu’un certain nombre de personnes avaient vraiment une démarche contradictoire. Cumulant un dégoût prononcé vis à de Mister A. – qu’elles ne manquaient pas de lui signifier en commentaires – mais dans le même temps bénéficiant de temps à revendre pour trouver sa fiche sur Meetic. Que ce temps soit conséquent ou non n’est pas la question finalement. En perdre, même un tout petit peu, pour quelqu’un qui nous insupporte au plus haut point me semble renvoyer à trois choses.
Premièrement une absence manifeste de vie sociale auquel cas un certain nombre de structures d’accueil pourraient répondre à des besoins visiblement inavoués : SOS amitié ou encore j’ai-pas-de-vie-mais-j’aime-la-vie.com…
Deuxièmement, un dessein caché (et inconscient éventuellement) de trouver la « bête » histoire de lui montrer à quel point il se trompe puisqu’ « il tomberait trop facilement en extase si je lui jouais le coup de la séduction. Ca lui en boucherait un coin ! ».
Ou enfin se rassurer en se disant après l’avoir vu et détaillé en vrai : « Tout ça pour ça ! Me voilà rassuré(e), moi qui commençait à l’imaginer avec une nimbe vu l’aplomb avec lequel il s’évertue à dire des conneries pareilles. ».

———————————————— Fin de l’interlude ————————————————

Au niveau du tri des profils, la difficulté dont je me rappelle est que c’est avec beaucoup d’entrain que l’on épluche les premiers un à un. Mais, lorsque les pages défilent progressivement, ça devient beaucoup moins drôle, voire même peu gratifiant, d’autant plus que je ne savais pas vraiment quels critères devaient présider à la recherche ! Je ne savais absolument pas à quoi me fier pour écarter ou sélectionner des profils… Il me semble qu’il aurait été plus simple de tomber sur lui au hasard de pérégrinations sur Meetic plutôt qu’à sa recherche exclusive mais là, la frustration – toute relative – provenait du fait que je cherchais quelque chose d’indéfini, et qui pouvait potentiellement ne même plus exister ! Rien ne m’assurait compte tenu de l’inactivité de son blog qu’il avait encore un profil… Pour couronner le tout, même si je trouvais le bon, aucun critère ne m’assurerait que ce serait bien Anadema ! J’avais la naïveté de croire que j’allais forcément le reconnaître ! Que ça allait transparaître. Je ne savais pas comment mais ça transparaitraît !
Aussi pathétique que ça puisse sembler, c’est une des rares choses sur laquelle je ne me suis pas trompée ! Lorsque je l’ai trouvé, j’ai su à coup sûr que c’était lui. Tout militait en faveur de ça : l’annonce aurait pu s’insérer dans la continuité de son blog, les caractéristiques collaient, les dates d’inscription aussi… Et les photos ! Plusieurs !

Intérieurement j’avoue avoir espéré à un moment qu’il ait une sale tête pour que cela puisse casser tout l’enchantement. Il avait depuis que je le lisais l’apparence que je lui prêtais : celle que je souhaitais mais de manière un peu floue. Il était dans mon esprit – ce n’est pas surprenant – terriblement attirant. Je misais cependant sur le fait qu’il allait être sinon moche, du moins bof ce qui m’aurait grandement facilité les choses… Je sais m’être dit qu’il était probable qu’il se passe exactement la même chose que ce qui arrive lorsque je fonds sur la voix de quelqu’un entendu à la radio – la situation ayant ceci d’identique que « l’attraction » se base sur un seul et unique critère : la voix ou la plume en l’occurrence. J’assimile cette situation à l’exemple de la radio et le fantasme associé à l’écoute prolongée d’une voix en ce que l’on imagine dans les deux cas ce qui constitue le reste de la personne. Il m’est d’ailleurs arrivé de trouver une voix à tomber derrière le poste de radio pour ne même plus l’entendre de la même manière après avoir découvert la personne. J’espérais quelque part que c’est qui allait se passer.

Pourtant, ce n’est pas ce qui est arrivé. Il n’était même pas « Ouais ça passe » comme ce que l’on se dit de quelqu’un qui ne nous stimule pas énormément physiquement mais dont on s’accommode en ayant trouvé d’autres raisons pour. Non ! Là, il était parfaitement à mon goût et même plus que ça ! Je vais éviter de refaire le coup de l’interlude querelleur mais je précise tout de même – pour ceux que ça démangerait de dire « N’importe quoi il est top moche ! Je l’ai vu, c’est un plouc ! » – que les goûts et les couleurs s’accommodent assez peu du consensus.
Je suis certaine de m’être dit à ce moment-là que même sans cette histoire de blog, le profil était extrêmement attractif et tout à fait conforme à ce que j’aurais voulu harponner. Il était joli comme tout !
Zut.
Loin de me brider, cette découverte de sa « vraie » fiche Meetic me permettait alors de m’adresser à quelqu’un, de personnifier ma démarche, pour essayer d’établir un contact.

»

La suite : « Léa’s Story (3) – Se jeter à l’eau… »

36 réponses sur “Léa’s Story (2) – Conversation unilatérale”

  1. Bon, ca pédale dans la choucroute la.

    J’espere que quand tu rentres le soir et que tu racontes ta journée a ton mec (anadema ou autre) tu arrives a etre plus concise. Parceque si tu t’y prend de cette facon, ca m’etonnerait pas qu’il soit vite saoulé !

    On dirait ma soeur, qui prend plus de temps pour raconter une histoire que l’histoire a pris de temps pour s’ecouler !

  2. C’est marrant de lire ton point de vue quant à la recherche de la fiche meetic de Anadema.
    Je me rappelle avoir fait la même chose à une époque parce que je suis très curieuse, et que ça m’avait occupée quelques heures à l’époque au taf car je m’ennuyais. Puis c’est sympa de se prendre pour Sherlok Holmes.
    En même temps, ce n’était pas bien compliqué, vu les nombreux détails donnés, en particulier quant au texte de l’annonce.

    La comparaison s’arrête là: je n’ai pas du tout eu la même réaction que toi en découvrant son profil et ses photos lol.
    Mais je n’épiloguerais pas, car Anadema va croire que je lui en veut personnellement.

  3. C’est difficile de mettre un commentaire sans tomber dans la critique…

    Avant de jouer les ingrats, je vais donc d’abord dire merci d’avoir pris sur ton temps à écrire ce long texte.

    Maintenant comme l’autre texte, j’aurais apprécié une mise en page plus aérée avec des retours à la ligne.
    (Ok, le texte avait déjà été écrit à l’avance, mais il n’est pas écrit dans du marbre)

    Enfin, j’ai eu l’impression que ça tournait autour du pot.. Si jamais le logiciel Word propose une fonction « synthèse »… Règle l’option sur 50% et ça sera top ! 🙂

  4. Très franchement, je commence à en avoir plus que marre des reproches à la con sur la forme (je parle pour le commentaire de pouet et certains commentaires du post précédent). Je veux bien qu’on puisse être plus ou moins sensible à un style d’écriture, et se sentir plus ou moins concerné par ce qui y est développé : nous avons tous des sensibilités différentes, des approches différentes des choses. Mais il ne faut quand même pas exagérer ! Vous n’êtes pas sur un site d’info sur lequel vous avez payé un abonnement et sur lequel vous êtes en droit de vous plaindre en permanence, vous êtes sur un blog !! Un blog, c’est un journal personnel et un blogueur est libre d’y écrire librement, c’est le principe et c’en est même tout l’intérêt. Franchement, je n’ai jamais vu de blog où les gens se plaignent en permanence qu’ils ne sont pas contents de ce qu’ils lisent (s’il y en a, je suis curieux d’avoir les liens.). Si vous n’aimez pas, arrêtez de lire et ne revenez pas ! Il y a des millions de blogs francophones, qu’est-ce que vous fichez ici ? Arrêtez votre délire en revenant en permanence ici pour vous plaindre, ça n’a aucun sens. Ou achetez-vous une vie !

    A en lire les seuls commentaires, on pourrait imaginer que les posts de Léa sont bâclés, illisibles et incompréhensibles. Et franchement, c’est à se demander si mon blog n’a pas été piraté et si vous avez vraiment accès à la même version que moi. Maintenant, je comprends tout à fait que ça puisse ne pas intéresser : nous n’avons pas tous les mêmes centres d’intérêt et les mêmes préoccupations Que voulez-vous que je vous dise : la vie est ainsi faite. Mais expliquer que Léa met « plus de temps pour raconter une histoire que l’histoire a pris de temps pour s’ecouler », sur un blog tel que celui-ci dont c’est justement tout le principe, j’espère que vous avez conscience à quel point c’est d’un ridicule affligeant. Il m’est arrivé ici de raconter le déroulement de quelques heures d’une rencontre sur plusieurs posts en étalant le récit et le débat sur plus d’un mois ! Dilater un récit, développer sur un paragraphe entier des sentiments et des impressions complexes, c’est tout le principe de ce blog. On ne peut pas tous avoir les mêmes centres d’intérêt, donc go away! Si vous êtes végétarien, vous n’allez pas aller dans une boucherie reprocher au tenancier qu’il ne propose pas de plats sans viande, quand même ? Ou alors, vous avez une case en moins.

    J’ai l’impression aussi que certains ne perçoivent pas ce qui est l’essence du blog, son âme, sa qualité précieuse. Permettez-moi de vous les rappeler : un blog, c’est un journal qui n’est pas formaté, qui n’est pas là pour établir un consensus, qui est libre, dont les articles sont personnels et écrits par un auteur qui développe sa manière personnelle de voir le monde. Tout l’intérêt d’un blog, c’est d’y lire des articles intimes écrits avec le moins de contraintes extérieures possibles. C’est ce qui en fait tout son charme. Personnellement, ce que j’aime lire dans les blogs, c’est une liberté de ton affranchie du conformisme. Dans l’idée, un blog, c’est à l’exact opposé du journal de Pujadas.

    Donc, concrètement : si vous appréciez mon blog, sachez que j’en suis sincèrement très heureux parce que l’autre intérêt du blog, c’est l’échange et le partage. Mais pas « échange et partage », point ! « échange et partage »… avec des gens qui ont les mêmes sensibilités de base que moi, les mêmes affinités intellectuelles, le même rapport au monde. En soi, toute la tranche de population avec laquelle je n’aurais strictement rien à partager dans la vie (tranche dont la taille ne cesse de m’inquiéter), elle ne m’intéresse absolument pas ici sur ce blog. Je ne cherche pas la confrontation, ne venez pas la chercher non plus, quand bien même votre vie serait suffisamment creuse pour que vous ayez des heures à gaspiller. Essayez d’aller vous balader au jardin des plantes, cela vous apaisera. Si vous haïssez mon blog, vous pouvez toujours le signifier dans les commentaires mais sachez que je m’en contrefiche totalement et que ça n’impactera en aucune manière ce qui y sera développé. Comme l’a si justement souligné Travis dans les commentaires de mon post spécial dédicace pour les cons : « ca prouve bien, comme il le dit régulièrement, qu’Anadema ne cherche pas à plaire à tout le monde. C’est tout à son honneur (…) ».

    Pour conclure, les articles de Léa sont en tous points conformes à ce blog, à ma sensibilité et à ma façon d’appréhender les choses. Je trouve qu’ils développent en profondeur et avec un grand souci de précision tous les déroulements qui l’ont conduite à vouloir me rencontrer. Et je trouve cela d’autant plus passionnant qu’ils offrent sur ce blog la vision « opposée » à la mienne, qu’ils permettent de découvrir l’approche d’une rencontre de deux points de vue différents. Ces articles m’intéressent et me plaisent à moi. Le cahier des charges est donc entièrement rempli. Que ça ne vous intéresse pas, que vous trouviez le style intolérable, insupportable, épouvantable, horrible et affreux ou que vous ne soyez pas sensibles aux mêmes choses que nous, ça me laisse un peu songeur mais je peux tout à fait le comprendre : on ne peut pas être toujours sensible aux mêmes choses. Mais dans ce cas, je ne vous oblige pas à lire. Parce que l’histoire de Léa va se poursuivre. A la rigueur, peut-être pouvez-vous aller vous plaindre à l’UFC-Que Choisir ?

  5. Beaucoup de commentaires me semblent faire écho à ce très intéressant article (mais long, n’en déplaise à certains) : http://www.internetactu.net/2009/01/23/nicolas-carr-est-ce-que-google-nous-rend-idiot/
    Ou comment Internet a modifié nos habitudes de lecture et notre capacité à nous concentrer sur des textes qui n’ont pas la concision à laquelle nous a habitués Internet (ainsi que la vie en entreprise, d’ailleurs, avec des power point qui ne doivent contenir qu’une idée par page etc).
    Pour ma part, Léa, je trouve ton récit très intéressant et très bien construit. J’avais envie de comprendre ce que tu recherchais en contactant Anadema et tu l’expliques parfaitement. Et j’ai été très agacée par les commentaires condescendants qui ne se sont intéressés qu’à ton style. Style qui, au passage, m’a rappelé des Michel Butor ou Albert Cohen, avec des phrases qui s’allongent et s’allongent en collant à la pensée. Moi, j’aime bien !!
    Et je trouve aussi que tu passes beaucoup de temps à te justifier et à prévenir des attaques, et j’ai envie de te dire : mais laisse tomber, les grincheux trouveront toujours quelque chose de désagréable à t’écrire !

  6. Eh oui Anadema, mais la liberté de ton d’un blog, c’est également dans les commentaires. D’ailleurs, c’est aussi l’essence même du blog, d’ouvrir le débat et susciter des réactions, parfois pas toujours positives… Tu as également le libre choix de ne pas publier certains commentaires qui te déplaisent, mais je préfère mille fois une remise au point comme celle-là qu’une telle sorte de « censure ».

    Pour en revenir à Léa, je doute qu’elle suscite autant de critique lorsque qu’elle abordera votre rencontre, et ses suites éventuelles. Car le succès de ton blog tient indéniablement en partie à l’espace qu’il laisse à notre curiosité, voire notre voyeurisme face à des situations « piquantes » (rencontres, drague, sexe, déceptions,etc). Personnellement, j’aime l’analyse de Léa et l’humour qui teinte son récit. Et elle décrit, à sa façon, un cheminement qui a fait écho chez plus d’une d’entre nous ici 🙂
    Sincèrement, sa détermination force le respect !

  7. J’avais été volontairement taquin sur le premier post de Léa par rapport à la lourdeur de ses écrits…

    Visiblement, plusieurs d’entre nous avions un ressenti identique.

    A la lecture de ce second post de Léa, je me rends compte que c’est toujours aussi indigeste, et que cela en devient incompréhensible,…au final c’est censé décrire quoi cette suite de phrase ?

    Quand Anadema dit : « A en lire les seuls commentaires, on pourrait imaginer que les posts de Léa sont bâclés, illisibles et incompréhensibles »… et bien je te le confirme (à part pour le bâclé)

    Voila, ce commentaire ne sera peut-être pas affiché et la j’aurai alors la confirmation que nous ne sommes plus sur un blog mais plutôt sur le journal du parti pour faire une référence historique au maître des lieux.

    PS : Vous savez le mot que l’on m’a demandé de réécrire (filtre antispam) pour valider mon commentaire : « NAVET »…desfois la vie s’acharne Léa

  8. Qui aurait cru que cet article aussi allait aussi faire polémique ?

    Je dois être bien naïve… mais ça me semble utile que Léa nous raconte comment elle en est arrivée à écrire à Anadema !

    En plus, j’aime beaucoup son style et ses petits apartés. Bon, là c’est personnel alors il est évident que ça peut ne pas plaire à d’autres mais à quoi bon critiquer encore et toujours ? Au fil des posts, j’ai de plus l’impression que certains ne font que ça, je commence à me demander ce qui les pousse à continuer à lire, à part leur agressivité bien sûr !

    Maintenant on attend la suite de l’histoire de la courageuse Léa avec impatience.

  9. moi je n’ai pas du tout aimé la forme et le fond du 1er post, et au contraire j’ai adoré ce 2 eme post (et même, je m’incline): la reflexion, sinueuse, si vrai, la pensée de l’âme humaine, sa perte, tout est là et vibre en moi quand je te lis!

  10. Je suis également agacé par ces gens qui demandent, sûrs de leur bon droit, plus de concision. On croirait des commentateurs de skyblog qui se plaignent dès qu’il y a trois phrases en plus de la photo : « sa nou soulle, c tro lon !!! espesse d inteylo ». Si vous n’avez pas de temps pour lire un texte d’une page, changez votre mode de vie, sans doute formaté par l’utilitarisme ambiant.

  11. Bon, grâce à l’intervention d’Anadema, on sait au moins qu’il est (ou a été) amoureux de Léa, car il la défend bec et ongles envers et contre tous ! 🙂

    Pour ce qui est par contre de dire que « si ça ne nous plait pas, on peut lire autre chose » : eh bien c’est là tout le paradoxe des séries « à suspens », même à 2 balles, ou même à la con : on a commencé, on est curieux, on veut connaître la fin !

    « « échange et partage »… avec des gens qui ont les mêmes sensibilités de base que moi, les mêmes affinités intellectuelles, le même rapport au monde. » Quel est l’intérêt? Sans aller systématiquement à l’affrontement, je trouve qu’opposer des avis et argumenter des points de vue différents, c’est ce qui rend un débat intéressant et enrichissant. Enfin, je ne cautionne pas vraiment ce genre de propos sectaires: les mêmes types de propos ont conduit à certaines périodes bien obscures de notre Histoire (bon même si là je reconnais exagérer volontairement).

    Je trouve quand même Léa courageuse de poster et j’imagine qu’elle peut être déçue, voir dégoûtée: se ramasser une pluie de critiques alors qu’elle vient toute contente (j’imagine) nous raconter sa rencontre avec Anadema, ça en aurait découragé plus d’un(e) pour continuer le récit.

  12. Je souscris et note la même chose que toi Letesle, et ce à plus petite échelle : il suffit de regarder des échanges de mails avec amis ou autres pour visualiser cette tendance dont tu parles à ne pas s’épancher, ne serait-ce que pour utiliser les règles d’usage de présentation d’un mail. Sur un autre plan – puisque mon exemple est plutôt satellite du coup – l’article, intéressant, que tu conseilles montre bien, et à juste titre, qu’il n’est pas question d’une espèce de tendance, une décadence de nature sociale qu’il faudrait (abusivement!) condamner mais bien une réelle modification dans notre manière de penser et d’appréhender les choses, à voir donc sous un angle neurologique. On pense comme on lit et comme on écrit, bien entendu.

    Je suis tout à fait d’accord avec Anadema : le but n’est pas de donner uniquement des informations factuelles quant à cette histoire (où, quand, comment, combien de temps…) et plus largement concernant tout ce qui peut être raconté ici. C’est comme ça que j’interprète « l’utilitarisme ambiant » dont tu parles Queutard (que je n’aurais de mon côté pas appelé ainsi tout en visualisant l’idée !) mais qui traduit bien le fait qu’en gros si « ça ne sert à rien » à très court terme et si on en tire pas des choses concrètes et pragmatiques (le fameux où, quand, comment), alors on ne s’encombre pas à lire. Le « pourquoi », on s’en tape finalement parce que ça reviendrait à s’étendre sur des choses pas palpables.
    Pourtant, je ne vois pas du tout le problème à vouloir connaître les détails croustillants, ce qui est égalemnet mon cas comme beaucoup d’êtres sexués, mais me dire que je me perds dans des errements inutiles dans la description de ma rencontre avec Anadema, désolée TicTac mais c’est carrément zapper tout une partie de l’histoire ! Si je retire 50% du texte, il y a atrophie et non pas allègement. Ou alors, nous ne sommes pas d’accord sur le « but du jeu »… Si tu ne souhaites que des détails et des faits précis (je rencontre Anadema à 15h37, à Saint-Petersbourg, je suis habillée avec un tutu rose…) alors effectivement je comprends que ce texte t’emmerde. De mon côté, ce n’est pas ce que j’ai compris avoir à raconter… Ce qu’en dit Bibinette me rassure sur le fait que j’ai pas été la seule à comprendre la « consigne » comme ça !

    Je suis rassurée que ces lignes puissent « parler » à quelques uns et unes en l’occurrence ! Peut être est-ce dû , comme le souligne Axelle, à ce sentiment familier que cela peut rappeler chez certaines… Ce dont je ne suis pas surprise du tout !
    Eve, je ne peux que te remercier (!) en plus d’être rassurée de ne pas être un cyborg dont la langue ne parle qu’à lui-même.

    Pour finir , Letesle, effectivement, je passe pas mal de temps à me prémunir des attaques mais contrairement aux apparences, ce n’est pas uniquement dû à la frilosité ambiante de certains lecteurs du blog… Je fais toujours ça. C’est à la fois un « trait de caractère » (manque d’assurance bla bla …) et une déformation professionnelle en quelque sorte. Il est certain que d’économiser ces rispostes à des attaques fictives pourrait alléger les choses !! Je le devrais oui…

  13. Bonjour,

    Cela me gène un peu cette « polémique » très suggestive et encore plus le ton de défense outré que prend Anadema dans son commentaire … Ce n’est pas sans me rappeler une vilaine phrase d’un monsieur que je n’apprécie guère : « La France tu l’aime ou tu la quitte » …
    Et bien non, lecteur de ce blog depuis maintenant quelques années je ne me gênerai pas pour dire a « haute voix » qu’un post me déplais et en expliqué les raisons …

    A vrai dire si nous devions arrêter la lecture d un blog dès que celui-ci nous déplais et partir ailleurs sans rien dire quel serait l’intérêt d un blog ? Si la critique te gène a ce pointil suffit d interdire les commentaires, c’est très simple mais encore faut il avoir le courage de le faire.

    Non la prose de Léa n’est pas agréable a lire… il faudrait l’admettre de façon objective et sans pour autant parler d’acharnement, c’est une explication un peu simple voir simpliste et pas très digne.
    Quand a mettre cela sur le dos du lectorat qui ne saurait plus lire à cause du « style internet » c’est carrément du délire !
    Tu as souvent reçu des éloges sur ton style et ta verve mais tu semble étonné du fait que lorsque le style change les lecteurs ne l’apprécient plus ? C’est un manque de recul étonnant de ta part ! Nous sommes sur ne blog d’Anadema et les lecteurs que tu as fidélisé se sente juste floué par un exercice de style qui pouvait être très intéressant j’en conviens mais qui est complètement raté dans son exécution. Cela peut être dur vis-à-vis de Léa, certes, toutefois lorsque l on écrit pour un publique il faut s attendre à cela …

    Maintenant de la a parlé « polémique », « se plaindre en permanence » etc. etc… c’est un peu fort, un tantinet exagérer quand même…
    Alors désires-tu vraiment que ceux qui n’apprécient pas la prose de la demoiselle quitte ton blog à jamais sans dire mots ?

    Cette réaction m’a plus été inspiré par la réponse d’Anadema aux critiques que par le post lui-même car ayant déjà dis ce que j’en pensais dans la première partie je vais maintenant juste attendre que tu reprennes tes récit que j’apprécié la plupart du temps…

    Cordialement,

    X.
    (lecteur depuis 2003..)

  14. Je serais extrêmement curieuse de lire un blog sur lequel les commentaires sont aussi inquisiteurs que ce à quoi Anadema a droit d’ordinaire. Donc Xavier, là je t’explique ce que tu dois comprendre (puisque visiblement tu as quelques difficultés) : indépendamment de ce post, c’est à dire de manière générale, il se fait démonter sans arrêt dans les commentaires, soit parce qu’il a prétendument mal agit avec une nana, soit parce qu’il a le malheur de dire des choses qu’il faut taire… Compris ?! Je ne fais pas de généralités, je souligne simplement ce dont il est question dans ce débat : les commentaires défavorables. Donc bien entendu, je ne dis pas que ceux-ci constituent tous les commentaires du blog…

    J’ai lu un paquet de blogs et jamais, JAMAIS je n’ai vu autant de critiques et surtout de reproches injustifiés. La critique est constructive, ça c’est certain donc là je ne fais référence qu’à des remontrances parasites de gens qui s’évertuent à ne pas piger le principe de ce blog et plus largement de tous les blogs. Avoir à répondre à « tu dois être impuissant/homosexuel/un sale goujat » ou « t’es sectaire d’oser penser qu’un avocat ne fricote pas avec une caissière » ça n’est PAS constructif sauf éventuellement d’un point de vue sociologique pour saisir et visualiser les apparentes différences intellectuelles entre individus, en prenant comme support d’étude les lecteurs donc (je suis désolée Xavier mais je n’ai pas la force de sous-titrer là…).
    C’est très bien de confronter les points de vue et rien de ce qu’il a écrit n’infirme cela. Cependant débattre avec quelqu’un qui ne parle visiblement pas la même langue s’avère inutile, voire impossible : les registres de pensée sont différents et ne peuvent même pas communiquer. C’est triste mais c’est comme ça.

    En clair, « Les mêmes sensibilités de base que moi, les mêmes affinités intellectuelles, le même rapport au monde. » ne signifie pas « UNIQUEMENT LES GENS QUI SONT D’ACCORD AVEC MOI ! ».
    Et puis, faudrait peut-être arrêter de délirer sur la censure parce sauf insultes, spams ou propos excédant le cadre légal, rien n’a été censuré. A en juger par la concentration sur ce blog de propos qui sont défavorables à Anadema, voire dévalorisants, ça n’a aucun sens. Les amalgames à 10 balles, faut vraiment arrêter ! Ce blog, ou comment les commentateurs revisitent l’Histoire à leur sauce ! Ca en devient drôle !!

    @ Xavier : Si tu comprends ce que tu lis aussi bien que tu orthographies les mots, je saisis pourquoi tu sembles parler d’autre chose que ce qui est écrit… Anadema n’a PAS ECRIT une seule seconde que ce que j’avais écrit était agréable. Je vais me référer exactement aux propos de son commentaire auxquels je fais référence avec l’audace de mettre en majuscules les passages clef pour que tu puisses bien comprendre. On va y aller doucement promis…
    « Que ça ne vous intéresse pas, que vous trouviez le style intolérable, insupportable, épouvantable, horrible et affreux ou que vous ne soyez pas sensibles aux mêmes choses que nous, ça me laisse un peu songeur mais JE PEUX TOUT A FAIT LE COMPRENDRE : on ne peut pas être toujours sensible aux mêmes choses »
    Il s’est contenté de dire que le fond correspondait à ce qu’il souhaitait publier et qu’à ce titre aller reprocher à ce récit le fait de « s’attarder » était visiblement en contradiction avec la démarche qu’il a sur son blog. En atteste ce passage : « Dilater un récit, développer sur un paragraphe entier des sentiments et des impressions complexes, C’EST TOUT LE PRINCIPE DE CE BLOG. »

    Je ne me serais jamais permise une telle outrecuidance, si tu n’avais pas, de ton côté et à deux reprises, été aussi suffisant dans la manière de rendre compte de ton dégoût pour ce que j’ai écrit (que lui par contre je peux aisément comprendre contrairement au ton employé). Toi tu peux dire que mes mots sont « lourds » ?! Ok, mais rends toi compte que c’est aussi sensé que quelqu’un qui viendrait te crier dessus d’arrêter de hurler ! Ce n’est pas crédible. En clair (tu vois je suis sympa, je continue l’explication de texte !), ce n’est certainement pas de toi dont je dois recevoir des leçons d’écriture. Le pire étant qu’il y a manifestement un effort de ta part…
    Je l’ai dit et le redis. Qu’on aime pas, ok. Je comprends et suis même plutôt d’accord à vrai dire puisque moi-même n’en suis pas fan ! D’ailleurs, je n’ai rien contre ceux qui l’ont signifié sans me prendre de haut, au contraire. Il suffit de regarder les commentaires pour constater que certains sont parvenus à me dire en substance un « beurk ! » sans lui accoler un « pfiouuuuuuu » ou un « héhé t’es qu’une pauv’ conne ! ». Par contre, que quelqu’un dont le commentaire en devient difficile à lire tellement il est truffé de fautes vienne me faire la morale parce que je lui aurais infligé un horrible supplice avec mes mots… Alors là, c’est du délire !

    Et enfin, un point à rectifier (ne t’inquiète pas, c’est bientôt fini et le reste va également être sous-titré…). J’espère que tu comprendras que la question de la capacité des gens à se concentrer sur un texte long n’a été ici évoquée qu’en résonance avec l’idée que certains commentaires déploraient le fait que le récit racontait en très longtemps des choses s’étant déroulées sur une période pas si longue. Le fameux « style internet » dont tu parles n’a pas du tout été évoqué comme une potentielle explication au fait que mon style n’ait pas été apprécié !
    En clair, il y a là deux débats différents que tu sembles mélanger : d’une part, le style dont la teneur n’a pas été débattue et d’autre part le fait de décortiquer quelque chose et d’en rendre compte de manière précise (qui elle renvoie à ce fameux « style internet »).
    Décidément, tu n’as pas l’air spécialement mal intentionné mais tu confonds tout et tu ne comprends rien. C’est triste (mais drôle aussi !).

  15. Comme cela a été dit plus haut, la lecture de ce second post m’a été plus agréable. Mais, peut-être que cela est dû à mon état d’esprit (plus détendu, le soir, tranquille pour le 2° alors que j’avais moins de temps pour le 1er que j’ai lu en diagonale quand j’ai vu qu’il était super long).
    Enfin, cela importe peu. Je trouve intéressant ce point de vue féminin et effectivement, les groupies doivent s’y reconnaître (non, je ne raconterai pas mes investigations infructueuses…)

    Comme tout le monde, j’attends la suite !

  16. Humhum, je suggère un blog tout en SMS peut-être que, enfin, je ne sais pas ça pourrait mettre tout le monde d’accord? Quoi que non puisqu’il n’y aurait pas assez de détails… Rolala quel problème, mais quand vous lisez un livre, vous tournez les pages ou une page sur deux…
    Je vous trouve assez vache car c’est un super blog et il y en a peu qui ont cette qualité.
    Faites un petit tour sur des plateformes et je vous assure que vous ne tiendrez même pas deux lignes.

    Bref, je suis impatiente de lire la suite, tous ces petits détails me donne envie de te passer un coup de fil : » alorssssssssss je t’imploreeee de me dire si tu as conclu »

    Mais tu as passé combien de temps à chercher sa fiche sur meetic?

  17. J’aime beaucoup les deux derniers posts.
    Ils sont plein de fraîcheur, de spontanéité, de recul.
    J’imagine que les écrits de Léa

  18. @Léa…

    Tout d’abord, merci pour cette réponse. Bien que mon commentaire ne t’était nullement adresser. Je te remercie pour ta grande mansuétude et la patience avec laquelle tu as tenté de m’expliquer, à moi pauvre lecteur inculte, la substance qui dans la prose d’Anadema m’a échappé…

    Je crois avoir parlé de ton texte en deux lignes. Désolé pour ton égo.
    Je ne pense pas avoir suggérer qu’Anadéma trouvais agréable tes écris.
    Je n ai jamais parlé de morale et je m en garde bien…

    Par contre les phrases d’anadema qui m’ont inspiré ce billet si mal écris sont les suivantes :

    « …Si vous n’aimez pas, arrêtez de lire et ne revenez pas ! Il y a des millions de blogs francophones, qu’est-ce que vous fichez ici ? Arrêtez votre délire en revenant en permanence ici pour vous plaindre, ça n’a aucun sens. Ou achetez-vous une vie ! »

    La classe… non ? Toutefois, je l’admets, aucune faute d’orthographe (de toute façon je ne saurais le voir…)

    Alors, tu réponds à un commentaire qui ne t’étais pas adressé. Mais bien sur, c’est moi qu’ n’ai rien compris et je mélange tout, c’est tellement pratique comme argument.

    Ta démonstration à mes dépends reste teinté de mépris même si tu lui donne les atours didactique d’une gentille explication de texte teinté d’humour (j’ai su apprécier)
    Dès lors, que penser de ta personne ? Je regrette que tu aies répondu de la sorte.
    Car comme j’ai essayé de le signifié à la fin de mon commentaires je me moque de tes postes et de ton aventure, même si dans le fond cela aurais put être passionnant la forme n’est pas « raccord » avec le style d’Anadema. Chacun ses gout n’est ce pas ?

    Maintenant j’attends la suite (s’il y en a une) des aventures du détenteur de ce blog.

    Une citation pour finir et pour m’excuser des fautes d’orthographe.

    « L’orthographe est plus qu’une mauvaise habitude, c’est une vanité. » Je suis sur que tu connais l’auteur !

    A bon entendeur…

  19. Je viens de lire les commentaires, et… que de conflits des deux cotés!!! Anadema et Léa qui se serrent les coudes et écrivent les mêmes choses, les lecteurs qui ne cessent de dire que le style est indigeste! J’ai comme l’impression que c’est un conflit sans issue et qui n’est pas près de s’arrêter… dommage!

  20. Mais oui , ça me rappelle un truc horrible, le bouquin de Proust que je devais me cogner en juillet-août 93 !

  21. Ouh la la que de débats cette fois encore !
    Moi aussi j’ai trouvé ce 2ème post beaucoup plus agréable et j’ai vraiment apprécié te voir raconter cette « chasse à l’Homme », que beaucoup de lectrices ont du tenter 🙂 (déjà quand on voit les commentaires de certaines, « je suis sûre que je pourrais t’intéresser, je te laisse mon mail… », ça me fait toujours beaucoup rire, mais le ridicule ne tue pas et l’espoir fait vivre comme on dit !)

    La seule chose qui me gêne toujours, et d’ailleurs plus dans les commentaires « réponses » que tu as laissé que dans ce 2ème post, c’est le fait que tu utilises de grands mots, des expressions sorties tout droit d’un manuel d’anthropologie ou de sociologie, je suis désolée de te dire ça, c’est peut être ta façon de parler, ton éducation, tes études, mais je trouve ça pompeux et tu donnes l’impression (je ne dis pas que tu l’es !) d’être imbue de toi-même (ce qui peut donner lieu à des commentaires désagréables voire limite agressifs de certains lecteurs qui ne doivent pas comprendre tout ce que tu racontes!)
    Alors je suis d’accord qu’on ne va pas parler en langage texto pour que tout-un-chacun comprenne (d’ailleurs moi je ne comprendrais rien !) mais reconnais que tes jolies phrases et ton vocabulaire recherché (trop recherché pour être naturel?) peuvent rendre les textes un peu lourds…
    Je suis sûre que tu es quelqu’un d’intéressant et de cultivé mais je trouve que ça ne justifie pas de t’abaisser au niveau de certains en leur rétorquant qu’ils n’ont pas à te donner de leçons parce qu’ils sont mauvais en orthographe…
    Désolée pour cette (longue) remarque, je n’ai absolument rien contre toi, bien au contraire, mais je n’aime pas la façon dont les débats tournent, on dirait que c’est « les gens intelligents » contre les « mdrlol j’kif ton skyblog »… Savoir bien s’exprimer est une chance mais ce n’est pas donné à tout le monde.

    NB: Sinon, tu vois tu n’es pas la seule à blablater pendant des heures (ou des lignes) et moi aussi je suis incapable de raconter une histoire sans partir dans tous les sens (d’ailleurs, même si je peux monologuer pendant des heures j’arrive rarement à terminer une histoire…) 😉

  22. Encore_une_léa,

    Je ne vais pas parler de style mais de dire simplement que je respecte ton entreprise. Combien de personnes n’osent pas parce que ceci, parce que cela…
    J’aime l’audace 🙂

  23. Bonjour,

    Tout le monde parle de polémique, de conflit, de débat etc. pourtant les deux post de Léa ne rassemblent qu’une cinquantaine de commentaires. Je comptabilise ceux des auteurs et les commentaires positifs.

    L’inflation est plus du coté de la susceptibilité (oserais-je parlé d’égo?) des auteurs que du nombre de commentaires.
    Tout cela est bien exagérer… Il n y a pas de quoi s’emporter à ce point.

    Cordialement,

    Xavier.

    Ps : pour ma part le « débat » est clos

  24. Voici donc, puisque visiblement plébiscitée, la VERSION COURTE EN QUELQUES LIGNES CHRONO. ATTENTION !! Delicatwoman, An’, Kalinka (entre autres j’espère !) RISQUE DE SPOIL :

    Léa lit le blog d’Anadema qu’elle apprécie. Elle décide de le contacter. Léa parvient à attirer l’attention d’Anadema. Ils en discutent et finissent par se rencontrer. Le courant passe assez vite et ils ne se déplaisent pas. Au 26 juin 2009, ils ne se sont pas mutuellement étranglés ! Mais les choses ne sont pas si simples !

    J’évite ainsi la frustration de ceux qui ne souhaitent que des détails factuels sur cette histoire. D’ailleurs j’ai un scoop, presque toutes les histoires racontées ici se déroulent selon le même schéma : ils chattent, se plaisent et se rencontrent et baisent éventuellement.

    @ Sandrine : J’avoue ne pas pouvoir te dire précisément mais je dirais bien en deux « sessions » de recherche d’une heure ou deux ! Soit finalement pas tant de temps que ça…

    @ Maheyla : Il y a trois choses que je voudrais t’indiquer.
    D’abord, je pense qu’il faudrait resituer les choses dans leur contexte : les commentaires agressifs ont précédé mes réponses condescendantes. J’ai d’ailleurs indiqué que je ne me serais pas permise le ton que j’emploie sans les déclencheurs qu’ont été les « ça vaut zéro pointé ta merde » et autres réjouissances. Ce n’est pas difficile de vérifier puisque les commentaires sont chronologiques.

    Mes premières réponses se situaient dans ce registre :

    « Je suis plutôt d’accord avec vous sur la caractère indigeste de mes digressions donc je ne peux que m’en excuser ! Cela dit, libre à vous de lire ou pas ! » (post précédent : commentaire n°5, autant être précise !)

    « Que ce ne soit pas digeste, soit. Je le conçois et le comprends. J’ai un peu plus de mal avec le dédain puant de ton commentaire. (…) J’insiste néanmoins sur le fait qu’à mes yeux ce n’est pas comme si je pensais avoir légitimement des choses à apporter à travers ma version des faits. » (même post, commentaire n°8 avec coupures)

    « je comprends tout à fait mais je n’y peux rien : je ne sais pas faire autrement que comme ça. (…) Mais là encore je peux comprendre qu’on puisse ne pas tomber d’accord. » (commentaire n°22, idem)

    Je pense que le ton était courtois et n’allait pas dans le sens de quelqu’un qui est imbue d’elle-même puisque je ne faisais que dire « Oui, je comprends que vous n’aimiez pas » en gros.

    A partir du moment, où on continue à me dire « pfiouuu » ou « tu dois bien saouler ton mec » je trouve que ça commence à être insultant et abusivement agressif d’où mon ton qui suit.
    Si quelqu’un vient te voir et te dit « dis donc tu as une sale gueule ! », il est possible que tu ne dises rien parce qu’éventuellement tu ne te trouves pas géniale (je ne parles bien entendu pas de toi !). Si on revient à la charge avec un « putain mais t’as vraiment une sale gueule dis donc ?! tu t’es vue ?! Sérieux tu t’es vue ?!? » alors peut être commenceras-tu à te dire « Mais pour qui il se prend celui là ?!? » pour ensuite te dire « D’autant plus qu’il ne s’est pas regardé avant de parler ! ».
    Alors oui, ce n’est pas bien, mais si Quasimodo vient me voir sans que je ne lui ai rien demandé (ni de lire, ni d’aimer) pour me dire que je suis immonde, moche, que je pue et que je le gêne. Si en plus il ajoute que je devrais avoir honte d’infliger aux gens de voir ma tronche dans la rue, et que je ferais mieux de me cacher tellement je suis moche alors oui, ça va forcément m’énerver à un autre niveau que si c’est Jude Law (qui lui est irréprochable ! Il suffit de transposer à quelqu’un d’autre s’il te laisse de marbre !!).
    On pourrait me rétorquer que c’est dégueu et que ce n’est pas de sa faute si Quasimodo est si moche et c’est d’ailleurs ce que tu dis en indiquant « Savoir bien s’exprimer est une chance mais ce n’est pas donné à tout le monde. » ou encore « ça ne justifie pas de t’abaisser au niveau de certains en leur rétorquant qu’ils n’ont pas à te donner de leçons parce qu’ils sont mauvais en orthographe… ». Sauf que si Quasimodo ne veut pas mon avis aussi éclairé que le sien sur son physique alors qu’il évite de me conseiller sur le mien. C’est aussi simple que çà !

    Toi même tu ne m’as signifié que tu étais loin d’adorer mon post précédent (et ce n’est pas peu dire) et pourtant tu l’as fait en étant on ne peut plus correcte voire sympathique. Je n’ai rien contre le fait qu’on n’aime pas mais plutôt avec le fait qu’on devienne désobligeant en le signifiant. Ai-je usé d’un ton condescendant avec tout le monde ?! Je pense que tu peux aisément constater que non… A commencer par ce que je te dis là alors que tu m’expliques, entre autres, bien qu’avec les formes que mon vocabulaire ne fait pas naturel…
    Je ne sais pas pour toi mais je ne me suis JAMAIS permise d’aller sur un blog pour laisser un commentaire du style « Non mais franchement, tu t’es relue ?! C’est de la daube en barre ! Tu devrais avoir honte ! Tu te prends pour quoi ?! ». Et non contente de moi, y retourner pour le redire de nouveau. Dire, « je trouves ça très franchement pas très bon » mais me foutre de la gueule des gens non ! Et pourtant des blogs nuls, pourris, désagréables et affligeants j’en ai vu ! Je te conseille de parcourir très rapidement les commentaires des deux posts que j’ai fait et tu verras si tu n’aurais pas été « réactive » comme moi dans mon précédent commentaire !

    Deuxième chose, je t’assure que les manuels de socio ou d’anthropo sont autrement plus savants que les seuls mots que j’utilise ! Je ne vais pas commencer à travestir ma façon de m’exprimer pour faire plaisir à des gens qui pourraient être insupportés par la terminologie que j’ai l’habitude d’utiliser à moins d’être en contradiction avec le tenancier des lieux qui lui ne s’encombre pas de compromis et de nivellement par le bas. Si tu le lis suffisamment couramment, tu ne pourras pas dire le contraire ! Je suis désolée de te l’annoncer mais je ne change pas ma manière de m’exprimer sur ces posts ou ce blog pour la simple et bonne raison que j’en serais bien incapable ! Donc oui c’est naturel. Est-ce que ça fait naturel pour autant ?! Visiblement pas…!

    Enfin, les débats ne se transforment pas autour des « “gens intelligents” contre les “mdrlol j’kif ton skyblog”…  » ou du moins pas de mon côté pour la simple et bonne raison que les seuls s’étant cru suffisamment intelligents pour donner des leçons étaient ceux qui se sont permis de faire des commentaires désobligeants sur ma façon d’écrire en préférant un « ah ah ah ! C’est nuuuuul ! » plutôt qu’un simple « Je n’aime pas pour toutes ces raisons… ».

    PS : Tu peux largement t’épancher, ce n’est certainement pas moi que ça gênera !!

  25. Bonjour

    Je suis tombé sur ce blog il y a une semaine et je viens juste de le terminer. Je ne pouvais m’empêcher de laisser un commentaire après tout ce voyage initiatique sur les rencontres meeticiennes.

    J’arrive un peu tard et j’aurais sans doute beaucoup aimé découvrir ce blog à son commencement.

    Bravo pour ton blog Anadema, pour ton style, ta liberté de ton, tes conquêtes, et merci d’avoir donné envie à un jeune homme de 25 ans, dont la vie sentimentale est en stand by depuis maintenant trop longtemps, de se pencher sérieusement sur sa quête de la fille formidable ( mais je me contenterai aisémentde filles forniquables, en attendant !)

  26. Que d’échanges virulents!!!
    Je lis ce blog depuis un bout de temps et c’est la première fois que je me permets d’apporter mon petit commentaire.
    Il est clair que le commentaire de « pouet » est insultant cependant il faut reconnaitre que l’exercice de style était intéressant mais le style est lourd.
    Moi quand je m’arrête ici c’est souvent en buvant mon café en faisant une pause et avec la radio en toile de fond. Ce ne des situations où un style léger passe plus facilement. J’essayerai de relire ces deux posts à tête plus reposée.
    Bravo Léa pour ces textes, désolé que cela tourne au pugilat.
    Cependant, curieux de connaitre la suite.

    Ah, petite remarque sur le coté « mon blog, tu l’aimes ou tu la quitte » de Anadema. La session commentaire est là pour accueillir des commentaires. Alors on commente, de manière constructive si possible. En tout cas ce blog vit et c’est une bonne chose.

    Voili voilou

  27. Deux sessions de recherche d’une heure ou deux pour trouver le profil d’Anadema sur Meetic?? 8-/ J’en reviens pas!
    J’ai eu moi aussi la curiosité de le faire il y a quelques années, et ça m’avait pris 5 minutes! C’était super facile avec la recherche de profils par mots-clefs étant donné qu’Anadema avait mis une bonne partie de son texte libre sur son blog…
    C’est vrai que moi aussi je l’avais trouvé séduisant sur ses photos à l’époque!! Mais je n’ai pas eu l’audace comme toi de prendre contact!
    D’ailleurs, je suis surprise que tu sois (a priori) la seule lectrice à l’avoir contacté par ce biais, je dois avouer que c’était tentant!

    En espérant connaitre la suite très vite…

  28. C’est très curieux qu’on me parle de mon texte d’annonce comme piste pour trouver ma fiche sur Meetic, parce que je ne me souviens pas à l’époque en avoir laissé un seul extrait. Je faisais justement très attention avec ça et je ne crois pas avoir jamais laissé d’indice permettant de savoir ce que j’y racontais. N’est-il pas possible qu’il y ait eu une confusion avec une autre personne ? Si tu te souviens de mon pseudo, mets-le en commentaire : je le remplacerai par des astérisques (si c’est le mien) et te dirai si c’était bien moi ! 🙂

  29. C’était il y a plusieurs années donc je ne me souviens plus du tout de ton pseudo, mais je peux t’assurer que tu avais laissé pas mal d’indices ici et là par rapport à ta fiche, ce qui avait rendu la recherche très facile!
    Exemples de mots qui m’avaient, de mémoire, servi comme mots-clefs(tu n’es pas obligé de publier le commentaire si tu estimes que je donne trop d’indications!!): feux de l’amour, 69, dancefloor, vf…
    J’ai ajouté à ça 2/3 critères de sélection supplémentaires (Ile de France, âge, notamment), et hop! je suis tombée sur ta fiche!
    Je ne pense pas qu’il y ait eu confusion; les photos qui étaient sur ta fiche à l’epoque ressemblaient beaucoup à la photo floutée qui était sur le blog.
    Bref, je t’assure, malgré ce que tu crois, que tu en as beaucoup trop dit concernant le texte de ton annonce!;-)

  30. @ Olivia : Je vois que nous avons les mêmes goûts !! Tu vois donc de quoi je veux parler lorsque je m’extasie sur son minois !
    Je suis (également) étonnée que ça puisse être l’annonce qui ait pu permettre à certain/es de trouver sa fiche puisque de mon côté, je ne disposais d’aucun élément en évoquant le contenu… J’ai peut être zappé quelque chose mais il me semblait que ces quelques mots « 69 », « dancefloor » n’avaient été communiqués que l’année dernière (ou il y a deux ans) lorsqu’il a publié son texte d’annonce justement (soit après cette histoire). Mais peut-être que je me trompe…
    Sinon, effectivement ce temps de recherche a été relativement long ! Je suis d’accord…
    Mais il y a plusieurs raisons :
    1) Je ne suis pas spécialement débrouillarde…! Je ne crois d’ailleurs pas avoir usé de la recherche par mots-clef ou du moins ce n’est pas elle qui m’a fait « aboutir »
    2) Je suis assez lente dans l’absolu (…)
    3) J’ai été égarée par quelques faux indices et j’ai perdu du temps pour des conneries (mais ça m’a amusée aussi donc..)
    4) Et enfin je me suis égarée sur d’autres fiches grâce auxquelles d’autres interactions sont nées !

  31. Tu sembles toujours surpris Anadema qu’on puisse te retrouver aussi facilement. Mais avec le texte de l’annonce c’était en effet très facile. Je réponds à la place d’Olivia: mets des astérisques en validant les commentaires: c’était un truc comme ***** il me semble le pseudo 😉

  32. @ vivi : je ne peux pas te faire de commentaire sur cette affaire, tu n’as pas laissé d’adresse email ! 😉

     
    @ Gaëlle : le pseudo y ressemble, bien qu’il y ait quelques lettres en trop. Par contre, non je n’ai jamais publié mon annonce quand ma fiche était active.

  33. @ alexia : Bravo, oui c’est bien ça. Mais quelle mémoire, quand même, je suis assez surpris ! Par contre, non, je t’assure que je n’ai jamais publié sur ce blog mon annonce avant de l’avoir retirée sur ma fiche.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.