Des mails peu réjouissants !

J’ai reçu lundi un mail de BB. Malheureusement, pas de trace de réponse à ma question lui proposant de nous rencontrer enfin. 😐 Je ne vous dis rien et vous laisse constater la dégradation lente mais inéxorable de ses courriers… (me semble-t-il) :

11 réponses sur “Des mails peu réjouissants !”

  1. Je sens que je vais gentiment l’oublier. Il n’y a pas de discussion possible puisqu’elle ne rebondit pas sur les thèmes que j’aborde avec elle et elle ne répond pas à mes questions non plus…
    Je ne vois plus trop ce que je pourrais partager avec elle ! Pourrait-elle avoir la décence ou l’intelligence de me dire qu’elle n’a pas envie de me rencontrer si elle en a si peur que cela ?! 😕

  2. C’est vrai que même à « tu es une vraie Bretonne », elle ne réagit pas. Si elle en était une, elle répondrait immanquablement un « oui » fier et enthousiaste. Et si elle était vraiment motivée par cet échange de mails, ou bien si elle avait un peu de conversation, elle te donnerait au moins une indication parcellaire sur ses origines.

  3. C’est vrai que ses mails sont de plus en plus insipides (ça s’écrit comme ça ?…)… Ma théorie à moi c’est qu’elle a trouvé un autre correspondant, qui lui correspond plus si j’ose dire, et qu’elle ne sait pas comment se débarasser de toi… Ben finalement elle a trouvé sans le savoir, puisqu’elle devient tellement chiante qu’il va y avoir fermeture de rideau…

  4. Oui, je suis vraiment d’accord avec vous : le coup de la « bretonne » aurait dû la faire réagir à coup sûr. Il est fort possible qu’elle ait trouvé un autre correspondant. Et puis, comme elle n’est plus sous le coup de la timidité et de l’attention particulière à fournir avec les premiers mails, elle se relâche. Dans tous les cas, il faudrait qu’elle se souvienne que nous n’avons jamais été que des correspondants et rien de plus ! Qu’elle me dise si cela la fatigue de poursuivre ou qu’elle mette 15 jours à me répondre (ce qui n’est pas le cas ici) si elle n’ose pas le dire explicitement.

    Dis-moi au fait, Persil : j’ai remarqué que tu me tutoyais ici alors que tu me vouvoyais au départ dans d’anciens commentaires… Maintenant que nous connaissons tous ton histoire avec la_femme_rose, j’espère que ce n’était pas une façon pour toi d’essayer de me séduire ! 😆 😉

  5. Anadema, je crois qu’il n’y a que deux options possibles pour expliquer, coté fille, l’estompement de la flamme au fil de vos échanges :
    – Soit la donzelle est un petit calibre et cherche à se faire mousser sans avoir envie de passer à la transaction en chair et en os.
    – Soit la mousmée consomme toute son énergie en émotion retenue et perd ses moyens devant une échéance qui suscite en elle excitation et tétanisation.

    Quelque chose me dit quand même que la deuxième solution n’est pas du tout à écarter. Il faut donc lui laisser l’occasion de temporiser.

    Je constate tout de même, côté Anadema, un changement de ton lorsque tu introduis, directement ou en louvoyant, les propositions de rencontre. Il me semble que tu dois continuer, surtout à ce point crucial, à la désarçonner en l’hypnotisant avec des mots bien ciselés, comme tu as pu le faire au début.

    Nous sommes des animaux, souviens t’en. Se rapprocher de l’autre exige que l’on déjoue ses mécanismes de défense instinctifs. Une manière d’y parvenir consiste à développer l’approche sournoisement en identifiant et en contournant les faiblesses de la cible, mais tu n’as manifestement pas opté pour cette stratégie. Une autre manière, frontale cette fois, consiste à dominer la peur de l’autre en l’hypnotisant par des démonstrations ritualisées de tes intentions positives et conditionnées à son consentement. En réel, le regard et l’attitude gestuel permettent de peaufiner le rituel, mais le canal du net ne te laisse que les mots : il te faut donc l’hypnotiser de mots.

    Relis chacun de tes messages antérieurs à froid et demande-toi quelle idée elle peut bien se faire de toi. Cherche les points forts et retartine cette sauce dans les courriers suivants. Repars sur une approche. D’autre part, ne développe pas trop les passages où tu anticipes courtoisement ses éventuels refus. Bien mesurée, une manière assurée et directe de préciser la suite des évènements (le rendez-vous tant attendu) peut profitablement abaisser sa vigilance. L’idéal serait de composer un jeu (adaptation symbolique d’un rituel de parade) autour de cela. Par exemple tu lui fais une bafouille dans ton genre, propret, mûr, classe, passionné, et tout et tout et qui dirait ceci : « OK, t’as pas répondu à mes proposition. Il vaut mieux se connaître mieux. Je te propose un rendez-vous dans un mois et d’ici-là, on s’écrit un lettre tous les deux jours en explorant ce qu’on attend de la relation amoureuse (vous n’en avez guère parlé jusqu’ici) ». J’espère que tu captes bien en quoi ce petit jeu transpose sur le net ce que peut être une parade amoureuse en vrai.

    Voilà grosso modo ce que j’avais envie d’ajouter aux autres commentaires.

  6. Je ne me sens pas moi-même obligé de passer à la proposition de la rencontre au bout d’un certain nombre de mails (ici, au 4ème) surtout si le moment semble ne pas s’y prêter. Avec les autres filles avec qui je discute actuellement, je sens très bien que cette étape est encore très éloignée.

    Mais dans la mesure où elle a fait la démarche la première de me contacter et qu’au bout de 3 mails j’ai déjà ressenti une baisse de la longueur et de la qualité de ses mails, j’en ai déduit qu’il fallait d’urgence une évolution rapide (la rencontre) !

    Car elle n’a finalement jamais rebondi ni sur les « sujets sérieux » que j’ai pu aborder, ni sur mes plaisanteries (plus ou moins) taquines, ni sur mes questions concernant sa vie et ses envies. Elle y a parfois répondu succintement, sans plus…

    A partir de là, au delà même de ses mails qui m’ont souvent laissé plus sceptique qu’enthousiaste, je n’ai même plus aucun plaisir aujourd’hui à essayer de lui écrire ! Alors je veux bien qu’elle « perde ses moyens devant une échéance qui suscite en elle excitation et tétanisation » pour reprendre tes mots, mais ce genre de timidité me semble plus coller à l’adolescence qu’à quelqu’un qui s’approche de la trentaine ! Je ne recherche pas une femme-enfant à qui faire son éducation (bien que je puisse être très pervers ! 😉 ) et bien qu’il soit normal d’appréhender une rencontre, en devenir muet devant son clavier à son age relève plus de la pathologie que de l’émotion !

    Biensûr, je ne vais pas abandonner tout de suite car je suis vraiment curieux de voir qui elle peut être en réalité. Sorte d’épilogue à une longue série de fantasmes ! 🙂

    Comme je souhaite que le dénouement soit rapide parce que je ne me sens pas plus patient que ça avec elle, 2 solutions :
    – J’opte pour la rudesse à la char israélien en espérant qu’elle ne m’envoie pas de kamikazes, genre : « Que veux-tu faire de moi ? Quand nous rencontrons-nous ? Tu veux voir mon blog ? « . Euh… pour la dernière question, non quand-même ! 😉
    – Je ne lui écris plus. Elle me recontactera pour me relancer si elle en a un tant soit peu l’envie !

  7. J’avoue que j’oubliais une donnée capitale qui fait que tu peux jeter tout ce que j’ai dit à la poubelle : tout ceci n’est pas qu’un jeu pour toi… Oups !

  8. Ben… oui… je cherche vraiment à faire des rencontres intéressantes !
    lol 😉
    Je ne cherche pas à jouer pour le fun ou par plaisir du défi. Je ne suis pas un cyber-dragueur mais un authentique célibataire frustré (pléonasme!) !

  9. Puisque nous nous connaissons maintenant mieux, et pour lever toute ambiguïté, tutoyons-nous. Foin de parades écrites! Si tu hésites, au risque de passer une soirée un peu ennuyeuse, propose un rendez-vous. Si elle se braque et refuse te te rencontrer, c’est bye-bye. Si elle accepte, mais qu’elle s’avère aussi terne que ses mails le laissent supposer, tu tirera malgré tout quelques enseignements, au moins d’ordre anthropologique, de la rencontre. Et peut-être révèlera-t-elle de vive voix quelque chose qu’elle ne sait pas formuler à l’écrit, auquel cas la relation peut repartir. Il y a plein de gens très intéressants qui ne savent pas s’exprimer par écrit.
    Persil vote pour le char israëlien, donc.

  10. Oui, c’est que je me dis parfois : Qu’elle ne sache pas exactement s’exprimer à l’écrit ne signifie pas pour autant qu’elle n’est pas intéressante, ou même simplement désirable. Mais en tout cas, elle ne fait pas preuve de grande attention, à défaut de talent d’écrivain (ce que je ne lui demande pas).
    Bon, allons-y avec le char israélien, qu’on ait au moins une conclusion à toute cette histoire !
    😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.