Ma cam à tout prix (2)

Revenu de mes premières impressions à chaud, j’écarte un peu l’idée que L. puisse être un genre de travailleuse du sexe, parce que ça me semble tout de même assez improbable. Mais je garde sur elle une impression étrange. Les photos de son profil montrent une femme nettement au dessus de la moyenne de JeContacte (en particulier dans sa tranche d’âge), ce qui en soi peut déjà être suspect. C’est susceptible aussi de la rendre quasi inaccessible. Qu’elle ne le soit pas et qu’elle se révèle aussi insistante avec moi pour que j’allume ma webcam me pousse davantage encore à être méfiant. Lorsque l’on est inscrit sur un site de rencontres, la méfiance est toujours prête à poindre au moindre surgissement d’un élément ou d’un comportement étrange. L’argument vaut bien sûr pour L. aussi et il est normal qu’elle exprime des doutes si elle trouve ma photo un peu trop belle pour être vraie, d’autant plus que j’ai souvent entendu parler de fausses photos d’hommes pour appâter les femmes. Encore une fois, il faut prendre en compte le contexte du site : ma photo n’a vraiment rien d’extraordinaire (d’ailleurs, Léa ne l’aime pas) et si elle apparaît comme ordinaire sur un site comme Badoo ou AdopteUnMec, je comprends qu’elle puisse trancher avec la médiocrité globale des photos de JeContacte. Comme on dit, au royaume des aveugles, les borgnes sont rois.

Je joue donc le jeu en ressortant ma webcam quelques jours plus tard de mon bric-à-brac de bidules informatiques, et j’écris un mail à L. pour l’en informer :

Quelques jours plus tard, alors que nous nous recroisons sur MSN, je l’aborde sur le tchat :

Je ne peux m’empêcher de penser à toutes ces filles qui se plaignent tout le temps de l’impatience des hommes, de leur peu de diplomatie et de leur obsession pour les webcams, au point de ne même pas s’embarrasser à cacher qu’il n’y a guère que ça qui les intéresse. Aussi cela me fait-il bizarre de me retrouver dans une situation inversée. Se faire taxer à l’occasion de « susceptible » juste parce que l’on tique sur le fait de se faire quémander dix fois une webcam, je crois qu’on a vu mieux, niveau tact ! L. a beau me dire plus loin que « on arrive pas toujours à faire passer les choses comme on voudrait et c’est souvent mal interprété », je persiste à penser qu’à son âge, quand on prétend avoir « une sensibilité à fleur de peau » comme elle l’indique sur son profil, on sait faire preuve justement de plus d’empathie. Mais peut-être est-ce lié aussi à sa génération pré-Web, laquelle ne maîtrise pas forcément aussi bien que les générations suivantes la communication dite virtuelle, notamment via les logiciels de messagerie instantanée ?

Bref, loin de moi l’idée de me formaliser, au vu de l’enjeu de toute façon limité de notre rencontre, et je ne m’attarde pas avec elle sur ces quelques impressions qui m’accompagnent pendant notre échange. Comme promis, je connecte ma webcam. Moi qui ne l’utilise presque jamais, ce sera toujours ça d’amusant. L. fait de même et nos caméras s’allument :

L. correspond bien physiquement à ce que je pouvais voir sur ses photos : elle est coquette et féminine. Elle n’a pas le côté austère et un peu éteint qu’ont beaucoup de femmes de son âge sur JeContacte, en plus d’avoir souvent pris vingt kilos au cours des années. Ce n’est trop pas mon genre de femmes, ne serait-ce que par son âge et son style peut-être un peu trop fardé. Mais elle a un indéniable charme.

Nous continuons à parler de cette histoire de fausses photos. Elle me raconte son expérience en la matière : « comme je te lai expliqué, j’ai parlé avec quelqu’un pendant 3 semaines, me suis confié ouvertement, je lui ai fais confiance et au bout je me suis sentie trahie quand il m’a enfin avoué que ce n’était pas lui sur la photo ». Voilà qui me surprendra toujours. Moi qui ai toujours peur de mettre une photo de moi trop avantageuse sur un site de rencontres, au risque de provoquer une déception lors d’une rencontre, à quoi peut bien s’attendre un mec qui met carrément une fausse photo, si ce n’est un profond malaise doublé d’une grimace d’épouvante ? J’avoue que je n’ai pas d’explication si ce n’est celle de croire que le seul but est de réussir à faire une rencontre effective, tous les moyens étant bons quelles qu’en soient les conséquences…

A partir du moment où l’on joue la carte de l’honnêteté et de l’implication, en parlant de soi de manière intime, il est normal de se sentir trahi lorsque l’on découvre que l’autre nous a menti sur des choses aussi essentielles.

Nous continuons à tchatter ensemble, webcams allumées. Pour profiter de cette situation, je lui propose de jouer à un jeu : se montrer des pochettes de disques que l’on apprécie pour se les faire deviner. Elle m’envoie une petite image de la pochette d’un vieux 45 tours des années 80. Surprise : L. a été une petite ado-star d’une chanson unique il y a plus de vingt ans. Une chanson inconnue au bataillon et qui a fait un bide comme beaucoup à l’époque. Elle m’envoie son MP3 pour que je puisse l’écouter. « tu te moques pas hein », qu’elle me lance ! « c’était les années 80 – j’étais jeune et c’est plutot cucu ». Ahah ! Je lance Winamp et j’écoute. La mélodie est effectivement très classique, un peu ringarde, très « années 80 ». Les paroles sont mièvres au possible (un amour adolescent) mais la chanson possède un certain charme et est agréable à écouter. La petite voix douce et innocente de L. est touchante et participe à l’atmosphère naïve qui se dégage du tout. Moi qui suis sensible à l’expression artistique sous toutes ses formes, je trouve très jolie l’expérience.

Malgré son mal de tête, nous sommes finalement restés à discuter avec nos webcams allumées pendant une bonne heure avant de nous souhaiter bonne nuit.

Après ça, nous n’avons pas eu l’occasion de retchatter ensemble pendant une vingtaine de jours. Je la recroise un jour sur MSN et, voyant que son sous-titre indique qu’elle vient de trouver le grand-amour, je la félicite sur le tchat et l’interroge :

Nous nous sommes quittés un peu plus tard. Je lui ai dit : « passe une bonne soirée ! Et je souhaite que votre histoire dure très longtemps ! » ce à quoi elle m’a répondu : « merci c gentil, je te souhaite de vivre la meme chose car c’est vraiment magnifique ». Ce fut ce soir-là notre dernière conversation ensemble, car nous nous sommes retirés de notre liste de contacts peu de temps après.

Je ne sais trop pourquoi les premières histoires d’amour gardent une dimension si particulière dans notre cœur et sont si résistantes au temps. J’ai l’impression que ça touche à plus que de la simple nostalgie. Comme s’il y avait du pur et du sacré dans ces premières émotions. Finalement, la petite chanteuse retrouve le grand amour vingt ans plus tard avec celui qui était dans ses pensées quand elle enregistrait son disque, c’est beau comme dans un film.

8 réponses sur “Ma cam à tout prix (2)”

  1. Dans une de mes fiches j’ai failli écrire « L’idéal serait de retrouver le grand amour mais il a cet inconvénient qu’on ne peut le vivre qu’une fois »

  2. « Y’a pas que les grands qui rêvent…
    Y’a pas que les grands qui ont des sentiments…
    J’voudrais qu’il m’embrasse sur les lèvres…
    Pas comme une enfant… »

    RIP aux années 80

  3. @ An’ : Je sais que c’est ce qu’on dit mais tu penses vraiment que ça ne se vit qu’une fois ?

     
    @ ralphy : Tu trouves cela bête ou ça te rappelle des souvenirs ?

     
    @ bourdu : Oups, oui ! Et même une deuxième à côté : « moi qui arrondit ». Corrigé, merci !

     
    @ Ben : Ahahah ! Heureusement qu’il y en a suffisamment eu à l’époque pour que vous ne trouviez pas qui c’est !

  4. Oui, j’en suis persuadée. Je pense qu’il est impossible de retrouver cet abandon total, cette confiance absolue dans l’autre. Probablement parce qu’après la première fois, on prend conscience que les histoires d’amour peuvent avoir une fin. Ce que je dis là est mon point de vue personnel, bien entendu.

  5. Je pense que les premiers amours ont quelque chose d’unique et les retrouvailles, surtout quand on est seul et déçu par les relations humaines et la vie de tout les jours, génèrent une certaine euphorie qui doit exacerber les sentiments. Pour avoir été témoin de ce que ça fait, je peux dire que c’est assez impressionnant.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.