Les hommes sont-ils pathétiques ?

La fausse fille créée sur Meetic fonctionne parfaitement bien : 100 visiteurs sur sa fiche au cours des premières 24 heures… elle attire les regards et c’est bien là son but. Si je ne vous cache pas que j’avais quelques (tous petits) scrupules au départ à tendre ce piège à cons, j’ai vite changé d’avis en voyant les premiers mails arriver.

Consternation, dépit, déception… résument assez bien mon sentiment. Certes, je ne m’attendais pas à voir Victor Hugo débarquer dans la boîte Mail. Mais rien non plus ne me préparait à ce degré zéro de la communication masculine.

Car non seulement ils n’ont rien à dire mais en plus ils ne s’en cachent pas !

Mettons les choses au clair : Si on sait tous que le chatteur moyen a rarement des choses intéressantes à dire, on se rend aussi vite compte que le chatteur mâle célibataire, bien que poussé par ses pulsions à rentrer en contact avec le sexe opposé, n’est pourtant guère plus inspiré que ses amorphes congénères. Pour sa défense, on pourrait très bien incriminer le facteur du direct : la rencontre se déroulant en temps réèl, il n’est peut-être pas très inspiré dans l’instant et intimidé par les secondes qui tournent et qui le rappellent à son clavier. On peut aussi affirmer que le dialogue du Chat réclame des phrases courtes et rapides pour favoriser le dialogue – par opposition au monologue du mail.

Par conséquent, pour ce qui est des mails, toute la subtilité des prétendants devrait s’y révéler : protégés derrière leur écran et libérés du chronomètre, les garçons ne devraient plus avoir aucune contrainte à soigner leurs écrits pour captiver l’attention de la belle. Or, à ce jour, sur les 22 mails reçus par mon appât féminin, il n’y en a pas un seul qui soit un tant soit peu captivant : non seulement, la grosse majorité fait moins de 160 caractères, soit la longueur d’un SMS… mais les autres ne sont qu’un copier-coller d’un rapide descriptif indigeste, bourré de fautes, aussi attachant qu’un yack empaillé.

C’est finalement une bonne nouvelle pour moi car j’ai l’impression d’un seul coup d’être propulsé au rang des hommes exceptionnels.

Mais je peux aussi me demander si toute cette misère humaine ne vient pas se rassembler justement sur les sites de rencontres… Auquel cas je ne serais plus qu’un borgne roi au royaume des aveugles.

24 réponses sur “Les hommes sont-ils pathétiques ?”

  1. je me rappelle avoir reçu des trucs qui passent du « tu suce pour 100 balles? » à « je serai au Novotel à côté de chez toi la nuit du 12, appelle moi »
    « salut chui grand, blond, yeux maron et chui interessé par ton profil, sur paris le 23, on se voi? »
    Tu veux pas publier les messages, pour rire?

  2. Si !! Pour mon prochain post, je vous en ferai toute une liste ! 😉
    Mais, pour le moment, mon appât féminin n’a même pas eu le droit à ce genre de crachats ! C’est le vide absolu, le trou noir, l’abysse sans fond… du style :
    « salut, j’aimerais bien te connaître. Ecris-moi. Bye. »

  3. Il y a de ça trois ans, j’avais sur Spray un personnage féminin. L’objectif était plus le jeu que la drague et surtout l’observation des mecs. Comme toi.
    Je me suis rendu compte que les filles sont plus réceptives aux messages de filles et j’ai donc laissé parler mon côté féminin (et aussi mes talents d’acteur débutant à l’époque). Une fois un courant de sympathie établi, je dévoilais le poteau rose (sic) et annonçais la couleur (resic) : je suis un mec La surpsise passée et les reproches aussi, finalement, ça les touchait vraiment la plupart du temps. J’ai rencontré de vraies amies comme ça.
    Aimer quelqu’un (ami, copain/pine), c’est avoir la volonté de le comprendre, essayer de se mettre à sa place et le désir de le voir autrement qu’à travers son propre regard. Finalement, j’ai réalisé que c’est ce que j’avais fait durant cette expérience et c’est un peu comme ça que s’est manifesté mon amour des femmes.
    Et je n’étais pas en chasse.

    Accessoirement, j’ai aussi entretenu des contacts intéressants avec des mecs (à qui je finissais par dévoiler le truc aussi).
    Il y a aussi de sombres crétins, je te l’accorde. Mais ils m’ont bien fait rire.

    Un dernier truc : laisse aussi parler ton «  »côté féminin » »

  4. Disons que le mensonge comme stratégie dans le rapport aux autres me gène beaucoup ! 🙄

    D’ailleurs, pour l’anecdote, quand je vois sur le Chat de Caramail la quantité de filles obsédées qu’il y a dans les salons « lesbiens », je n’ose pas imaginer le nombre de mecs déguisés qui passent des soirées entières à discuter entre eux, se trompant mutuellement…

    Bon, je ne doute pas que tu aies pu rattraper le coup avec tes amies, mais crois-tu vraiment que tu ne les aurais pas intéressées si tu t’étais présenté de façon honnête dès le départ ? Tu dis qu’elles étaient plus réceptives… Je veux bien te croire. Mais imagine maintenant que tu remarques aussi qu’en mentant sur certains de tes goûts, sur certains traits de ton physique, sur ta profession, etc. elles se montrent encore plus réceptives ?

    On n’est plus dans le rapport humain mais dans la logique de résultats ! Or, la rencontre, ça n’est pas la pêche à la crevette, quand-même ?! 😉

  5. On s’est mal compris.
    Je n’ai jamais été dans une logique de résultat puisqu’il n’y avait dans mon cas pas de quête. Je n’ai personnellement jamais cru en cette histoire de provoquer la rencontre, sur le net ou ailleurs. On se rencontre ou pas, on ne décide pas. Enfin ça c’est mon expérience. Les choses se sont toujours faites d’elles même y compris sur internet puisque ma présence ici n’était pas dans ce but.
    La drague est un truc qui me révulse assez. Ca fait représentant de commerce, démarcheur ou publicitaire. On met soigneusement les points forts en avant tout en planquant les vices cachés. Ce qui m’intéresse, c’est d’attirer l’attention puis l’intérêt pour ce que je suis avec aussi tous mes défauts et mes tares, pas mises en évidence mais pas cachées non plus. Celui qui assume une casserole est plus admirable que celui qui tente de la dissimuler.

    Mon premier objectif sur ce site était l’étude de mes semblables, les mecs. Et là, jouer une fille, aucun scrupule, surtout si c’est fait en finesse, sans vulgarité et avec un minimum de considération pour ses « proies ». Sauf dans le cas, rare, dans lequel le mec n’est pas un bourrin. Là, je me dévoile et parfois, on devient potes ou il s’en va, déçu.
    Pour les filles, les premières sont venues me voir. Puis je suis allé en voir à mon tour, parce que les mecs, ça va cinq minutes, tu vas te rendre compte qu’on fait vite le tour. Là encore, à part mon sexe, pas de triche. Mes goûts restent les mêmes, ma profession, mon lieu de résidence aussi, l’apparence n’est jamais évoquée (entre filles, on s’en fout). Paradoxe, la relation devient assexuée. On discute, point. Si ça colle, par respect, je me dévoile très vite. Si ça ne colle pas, la relation meurt d’elle même.

    Tu dis « rattraper le coup ». Il n’y avait aucun coup à rattraper. Jouer une fille de cette façon et dans ce cadre là, c’est un peu comme essayer de parler la langue du pays où l’on se trouve, de bouffer par terre avec les autochtones dans le même plat si c’est leur mode de vie. C’est tenter d’oublier ses propres préjugés de mec pour essayer d’adopter un autre mode de pensée et de comportement. C’est super enrichissant. On se rend compte qu’on a tous une sensibilité féminine qu’on écrase à pieds joints parce qu’on est des mecs, merde, et pas des fillettes (grrr). Blague à part, c’est une bonne leçon d’humilité. Il paraît que j’étais crédible en fille. Et je signale au passage que je suis incurablement hétéro donc peu d’ambiguité possible.
    Bref, pas mal de filles ont été touchées par le fait que je n’ai eu aucun complexe à carrer mon machisme de côté et à laisser s’exprimer cette autre partie de moi et pas dans un but de drague (encore une fois).

    Mentir, honnêteté. Je préfère être une « fille » honnète plutôt qu’un mec menteur (par omission, au minimum, comme nous tous).

    A la crevette ou non, la rencontre n’est pas une pêche. C’est juste une question d’ouverture d’esprit.

  6. Grr ne jamais oublier de faire un copier-coller de ses messages avant d’envoyer ! je venais d’écrire un commentaire et paf tout envolé !!!

    Donc je disais… Ah la drague sur Internet ! Le pire étant tout de même le pathétique « slt ca va ? » sur caramail suivi du non moins pathétique « asv ? »

    Heureusement pour ma part je fus épargnée. J’ai bien rencontré l’homme de ma vie qui est aujourd’hui mon mari sur Internet il y a 4 ans (gosh déjà !?). Mais bon je ne cherchais pas à rencontrer qqun à tout prix, j’étais juste sur IRC sur un chan qui avait une de nos passions en commun. En tous cas je te souhaite bonne chance pour ta quête de l’âme soeur :o)

    Pour en revenir à ton post, si j’étais célibataire et sur un de ces sites de rencontres je serais ravie de trouver enfin qqun qui sait aligner plus de deux phrases complexes dans un mail !! ;o) Aussi, je ne crois pas que tu sois un aveugle au royaume des borgnes, au contraire, tu es un homme comme on en fait plus (du moins sur le net) ;o)

  7. oops mon smiley est mal passé pour le « bonne chance »

    kerguelen, comment as-tu fait pour faire ressortir ton côté féminin ? je veux dire ça se traduit par quoi pour toi ? ça m’intéresse je dois dire.

  8. Je crois que je vais ouvrir un blog….
    Phoebe : euh, à vrai dire, je n’en sais rien. On m’a dit ça après coup. Il faut dire que d’une manière générale, j’accroche mieux avec les filles qu’avec mes semblables. J’ai beaucoup plus d’amies filles. Tiens, maintenant que j’y pense, je n’ai que des filles parmi mes meilleurs amis.
    Pour revenir à ta question, peut être en n’ayant pas l’esprit retord, en laissant tomber celui de compétition (vous ne mesurez pas la longueur de vos bites). Je dis ça mais je n’en sais rien.

  9. Ok, donc finalement t’en sais pas plus que moi LoL

    J’ai souvent entendu dire ou lu que les hommes ne devraient pas avoir honte de leur côté féminin, et je me suis toujours demandé en quoi cela consistait… mais finalement si même ceux qui n’ont pas peur de le cacher n’en savent rien j’ai peur de ne jamais avoir de réponse à cette question existentielle ;o)

    Oh tu sais l’esprit de compétition ça existe, on peut être de véritables pétasses quand on s’y met. T’as qu’à mettre deux pouffes taille mannequin ensemble et ensuite tu en rajoutes une troisième et bien tu paries combien que les deux premières iront déblatérer sur l’autre à la troisième ? et pourtant elles se feront toutes de grands sourires ;o)

    Mais bon je crois saisir ce que tu veux dire. Disons qu’on est peut-être plus solidaires. Mais bon je pense ce qui nous différencie de la gent masculine, c’est le fait de parler et de ne pas avoir peur de nos émotions et d’en parler ouvertement.

  10. Le coté féminin de mon chouchou c’est quand il me dit je t’aime devant ses potes, quand il me caresse la joue en public, c’est quand il arrive à parler avec moi de chose comme la sexualité, et des sujets qui seraient plutot réservés aux filles. Comment l’exprimer autrement…. quand il y a dialogue. quand il admet qu’un mec peut faire la vaisselle. Quand il admet qu’il peut se laver avec du shampoing a la noix de coco.
    c’est vrai que ce n’est pas evident a decrire la feminité d’un gars !

  11. Ah ben voilà, je me reconnais assez dans ce que vous venez d’évoquer.
    Je crois donc que ça doit être ça. J’aime beaucoup faire la bouffe et en parler, le dialogue est pour moi primordial, il m’est effectivement arrivé de parler ménage (j’ai d’ailleurs fait aujourd’hui même l’acquisition d’un nécessaire complet, mon intérieur en avait bien besoin). Bon.
    Il y a quelque années, à une époque où j’étais un peu pas bien dans mes pompes, une amie m’a sorti ceci : « C’est fou ce que tu peux avoir comme côtés féminins (l’expression vient de là), mais l’ennui, c’est que tu n’as pas le mode d’emploi alors forcément, ça coince. »
    Pour Phoebe : tu sais, la compétition sur le physique via internet, c’est un peu dur. Et c’est un trait de caractère qui me fait fuir chez les femmes quand il est trop exarcerbé.

  12. Je partage totalement l’avis de Kerguelen sur l’importance du coté « féminin » chez l’homme.

    Voyons comment on pourrait définir cela. En fait, pour comprendre ce que représente la féminité chez l’homme, il faut se mettre d’accord sur certaines attitudes typiques chez les deux sexes.

    Par essence, ce qui est viril, mâle, c’est l’archétype du viking :
    1- il est fort, musclé et sait se battre.
    2- Ses traits physiques sont taillés au couteau (menton carré, arcades sourcilières abruptes, regards directs, etc.).
    3- Ses manières sont grossières (s’il ramasse un petit oiseau par terre, il ne peut que l’écraser dans son poing).
    4- Il ne dégage aucune émotion en dehors de la joie et de la colère. Tout ce qui est tristesse, jalousie et autres émotions négatives ne se manifestent pas autrement chez le viking que par de la colère.
    5- Ses désirs sont sans nuances. S’il a faim, il mange. S’il a soif, il boit, etc. En somme : c’est blanc ou c’est noir.

    Tout ceci est un idéal de virilité parfaite que personne ne peut donc atteindre (la femme étant exactement l’opposé total de tout ça). Par conséquent, tout ce qui tend à s’en éloigner et à s’y opposer tend à se rapprocher du caractère féminin.

    Exemples :
    – Un homme qui au lieu de transformer sa tristesse en colère se laisse aller à pleurer (règle 4), laisse s’exprimer sa part de féminité.
    – Un homme qui fait des calins sensuels avec le dos de sa main à sa petite amie (règle 3), laisse s’exprimer sa part de féminité.
    – S’il se met du parfum, s’épile les sourcils, il montre des petites attentions (règle 3 encore) et donc laisse s’exprimer sa part de féminité.

    Et ainsi de suite ! Chaque individu (tous sexes confondus) se situe entre une virilité parfaite et une féminité totale, les hommes étant par essence plus proches du viking et les femmes plus proches de Blanche-Neige. Ensuite, chaque garçon est plus ou moins viril suivant son style et sa personnalité et il n’est pas difficile de comprendre que plus un garçon laisse sa part de féminité s’exprimer en lui et plus il est apte à comprendre et à aimer sa compagne.

  13. Certes, mais je me garderai de toutes théorisation, catégorisation et de toute tentative de quantification. Ce qui est bien dans une vraie rencontre, c’est qu’il n’y a pas de schéma pré-établi. Ca marche justement parce que ça sort de l’ordinaire.

    D’un autre côté, l’aspect mâle/viril est pas mal non plus. Si on sait gérer ses deux aspects (j »ai pas la prétention d’y parvenir) l’alternance des extrêmes est du plus bel effet.

    a propos des oiseaux écrasés entre les mains, j’aime beaucoup la couverture des « Chroniques de la haine ordinaire » de Desproges (my leage !)

  14. Et on peut continuer en faisant remarquer que si beaucoup d’adolescents garçons ont tendance à être machos (comprenez : virils), c’est que leur manque de confiance en eux et leur ambivalence sexuelle (ils n’ont pas encore eu beaucoup de relations et donc ne se sentent pas encore « homme ») les oblige à compenser en adoptant des attitudes viriles grotesques :
    – Ils roulent les mécaniques (marchent comme des cow-boys, autres types de viking).
    – Ils font mine de ne pouvoir être touché par personne (« elle m’a plaqué, je m’en fous », « mes parents me saoulent »…).
    etc.

  15. Alors, citons ce bon vieux Desproges dans « Chroniques de la haine ordinaire » :
    « (…)Quand j’étais petit garçon, je me suis cru longtemps anormal, on me disait « Ah la fille-euh ! Ah la fille-euh » ou bien « Tiens ! Il est malade. », tellement l’idée d’anormalité est solidement solidaire de la non-footballité. Je vous emmerde. Je n’ai jamais été malade, quand à la féminité que vous subodoriez, elle est toujours en moi et me pousse, aux temps chauds, à rechercher la compagnie des femmes, y compris celle des vôtres, que je ne rechigne pas à culbuter quand vous vibrez au stade. »
    😉

  16. Je pense que vous avez très bien défini le côté féminin 😉

    En effet kerguelen, le mélange du mâle à l’état brut et du mec sensible, y a rien de mieux 😉 perso je craque pour le mélange ! Genre le mec qui a l’air vachement fort mais qui en fait est un grand sensible, c’est trop craquant, je pense que la plupart des femmes ne peuvent pas résister !

  17. Je suis d’accord avec Phoebe. J’adore les mecs qui ontl’air tres fort (le mien ressemble a un rugbyman) et qui cache une sensibilité. A savoir si il comprenne vraiment tout de nous ? J’ai un gros doute.

  18. (Waoouu la longueur de la page ! qui arivera jusqu’a ouam ?)

    Oui, on est pathetique. Qu’on sache aligner des mots ( supreme orgueil ! oh vanite des vanites ! des mots ! ) ou qu’on soit la bete male de base, dont la sensibilite est probablement aussi respectable, quoique plus abimee.
    On a pas tous la chance d’avoir eu de l’amour. ainsi, ceux qui en furent prive au depart le seront egalement par la suite, pour une question de mots…
    Moi, je m’appelais Nanastaja sur minitel ; pour voir aussi, et puis probablement pour me mettre vraiment dans la peau d’une fille, voir ce que ca fait de n’avoir pas d’effort a faire !
    Ca me rappelle quand je regardais les chats s’aimer. J’avais la meme solidarite fraternelle avec les males qui se faisaient griffer la gueule. !

    cjp

  19. Je vais etre beaucoup moins philosophe et prolifique que l’ensemble des intervenants sur cette page, mais juste dire que j’ai hate aussi de voir le best of des mails recus. De plus, je trouve cela terriblement marrant d’imaginer tout ces mecs qui se font passer pour des femmes dans les salons lesbiens, a etre persuade de discuter avec des filles. j’imagine meme pas leur tete si il le decouvrait.

  20. petit bouffon j’esperte que ca va t’arriver, stop de te prendre pour un etre supérieur t’es qu’une merde incapable de trouver une gonzesse ailleurs que sur internet.
    Va jouer sur l’autoroute

  21. je trouve la façon dont vous vous exprimer fort intéressante.
    je suis d ailleur en admiration devant vous et je me demande si vous n étiez pas ecrivain dans une vie anterieur.

    d ailleur j éprouve un peu de jalousie a votre égard dans la mesure ou vous manier la langue française avec habileté et une prouesse des plus pertinente.
    de nature assez comparative cela a même tendance a me déprimer( j hyperbolise bien sur)…
    si je pouvais vous abordé et vous aspiré votre connaissance tel un vampire absorbe la vie de ces victimes cest avec delectation que je le ferais…
    bien entendu je vous en remerçierait grandement.

    je me trouve dans la meme situation que vous, a savoir en quête de l ame soeur…et je suis souvent questioné sur mes relle motivation…

    je suis également repugné par tout ces gars sans scrupule a legard de la gente féminine et qui ce comporte comme de vulgaire « chien »(desolé pour les chiens).
    ce qui me désole le plus d ailleur cest de constater que cela a lair de plaire a un grand nombre de fille.
    cest un peu comme si elle étais atiré par ce qui les faisait soufrir;dans l ideal elle recherhce un type de personne et en réalité elle cède a des avances des plus banales et s accroche a des personne qui les font souffrir et les traitent comme des objet de consommation.

    enfin bon cetais juste pour me manifester car je lit vos chapitre un a un..
    dommage que je nai pus trouver ce blog avant car suivre vos rencontre étape par étapes aurait été pour moi quelque chose d assez enivrant.

    désolé pour les faute d orthographe.
    jéspère ne pas vous ofusqué car j’ai constaté a quelle point cela pouvais vous enerver.

    cordialement un internaute parmi temps d autre.

    ps: pour l info on me surnomais Badnice bien avant brice de nice d ailleur j aurais du poser des copyright.
    je vous expliquerai la contraction de ce pseudo une autre fois.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.