Ma relation avec Annie (2) – Pratique

J’ai expliqué dans la première partie en quoi pouvaient être gênantes des différences intellectuelles dans une relation et ce qui pouvait à ce titre poser problème entre Annie et moi.

Mais en pratique, comment ce décalage entre elle et moi pouvait se manifester ? Je n’ai pas énormément d’exemples avec moi parce que je n’en ai pas notés à l’époque et que, faisant souvent un effort d’adaptation, je m’arrangeais pour qu’il y en ait le moins possible. En y repensant et en fouillant dans mes archives de conversations virtuelles, j’en ai tout de même retrouvés quelques uns.

Avant d’aller plus loin et de risquer de provoquer une levée de boucliers, je vous invite une fois de plus à vous servir de mon iconographie réalisée spécialement pour l’occasion afin de vous aider à vous orienter vers le texte qui vous sera le plus accessible. Les internautes qui ne possèderaient pas de télévision et qui pourraient se sentir lésés peuvent tenter de lire le premier paragraphe de la colonne de droite : s’ils sont outrés par sa lecture, il leur faudra changer immédiatement de colonne.

Il est très difficile de savoir quoi penser de quelqu’un et d’ailleurs on ne devrait jamais rien penser de mal car chacun a sa propre personnalité ! Mais bon quand même, entre Annie et moi il y avait un problème de feeling (on va dire), et comment expliquer car je ne voudrais vexer personne ? Ce n’est pas la faute d’Annie, c’est parce que c’est la vie et que les choses ne sont pas toujours comme on voudrait qu’elles soient. Donc voilà, j’ai quand même quelques exemples mais ce sont des exemples personnels, personne n’est obligé de penser pareil !

   

Bien évidemment, le jugement que l’on porte sur autrui n’est pas immuable et s’affine ou se révise en permanence. De la même manière, ce sont les multiples évènements dont nous faisons l’expérience qui nourrissent nos opinions, et les exemples que j’expose ici ne sont pas censés se suffire à eux-seuls pour démontrer les traits de la personnalité d’Annie. Les exemples sont ce qu’ils sont : simplement des indices, des indications qui confortent un sentiment d’ensemble qui s’est construit au fil des jours que j’ai passés avec elle.

Le premier exemple, c’est celui de l’épisode d’Hiroshima que j’ai déjà relaté, où une petite blague que je lui avais faite était tombé à l’eau, ce qui m’avait fait sentir à quel point il fallait que j’amende mes propos avec elle (et au regard des commentaires relatifs à l’article, elle n’est pas la seule à avoir besoin d’un sous-titrage permanent).

Le deuxième exemple est un problème classique de langage. Je ne vous cache pas que je n’ai jamais beaucoup affectionné les animaux de compagnie et il se trouvait qu’Annie – comme beaucoup de filles – avait un chat. Un jour, lors d’une discussion sur MSN, elle se mit à rouspéter bien légitimement contre mon peu d’entrain pour son minou :

Ouh là là, mais faut trop que j’arrête de faire mon savant avec des mégas mots de vocabulaire que personne n’utilise. « Prosélytisme » ?? Non mais j’avais fumé ou quoi ?!! MDR ! Comme si on n’avait que ça à faire d’ouvrir un dictionnaire pour essayer de comprendre des phrases ! Pourquoi j’ai pas juste dit : « Ouh là, tu fais ta pub ou quoi lol ? », ça aurait largement suffi et elle aurait compris l’idée !

Bon ok, je dois reconnaître que ce n’est pas la première fois qu’elle me demandait pour un mot. Mais c’est de ma faute aussi. Même quand on allait manger des frites, je ne pouvais pas m’empêcher de lui sortir des trucs de fou genre ce que je pensais dans ma tête sur plein de sujets et tout, même des sujets que je ne peux que en parler mais je ne peux rien changer, genre le monde, la société tout ça. Bordel mais on peut pas bouffer des frites tranquilles ptdr ?!! Donc voilà il ya des fois où je voyais qu’elle captait pas mais que ça l’intéressait quand même un peu. Mais des fois aussi, je voyais bien que c’était pas son genre de délires.

   

Très franchement, je ne m’attendais pas à la mettre en boîte avec si peu. « Prosélytisme » ne me semble pas être un mot plus compliqué que ça (à part peut-être pour ma grand-mère) et le fait que derrière, il ne semble pas lui venir à l’esprit qu’elle pourrait en chercher la définition pour tenter de comprendre ce que je suis en train de lui raconter en révèle quand même beaucoup sur ses capacités d’analyse et de réflexion.

Ce n’est pas la première fois qu’Annie me demandait le sens de certains mots que j’employais et pourtant je n’ai pas un registre de langage particulièrement élevé. Si je n’ai rien contre le principe (on ne peut pas tout savoir), les mots qui lui posaient problème étaient suffisamment ordinaires pour que ça puisse commencer à poser problème dans la moindre conversation un tant soit peu subtile. En plus de devoir simplifier mes pensées, si je suis obligé d’appauvrir mon vocabulaire et mes références, il ne va pas me rester beaucoup de latitude pour m’exprimer et je vais vite avoir l’impression de discuter avec une fille de 12 ans.

Le troisième exemple concerne nos goûts télévisuels. Voilà qu’Annie, le même jour sur MSN (décidément…), me propose de me faire découvrir une série TV que je ne connais pas :

N’étant pas du genre à rendre des jugements définitifs avant de voir, j’ai tout de même pris la peine d’aller jeter un œil à cette « série trop bien » pour voir ce que ça pouvait donner. J’entends souvent que le cinéma et la télévision sont des affaires de goûts comme peut l’être la musique, et que ça ne peut pas avoir d’autre répercussion dans un couple que de permettre de regarder des choses ensemble (ou pas).

Evidemment que c’est vrai ! Si je ne supporte pas « Plus Belle La Vie » alors que ma nana, si, eh ben, personne ne m’oblige à regarder pendant qu’elle regarde quand même !! Mdr le mec relou !! Chacun respecte ce que l’autre a envie de regarder parce que chacun a sa personnalité et ses propres goûts et quand on aime un même truc, on peut toujours le regarder ensemble pour mieux en profiter. C’est pas parce qu’on regarde « Plus Belle La Vie » qu’on ne peut pas être sympa !!

Le seul truc, c’est de ne pas avoir des goûts différents au point que chacun a envie de regarder un même truc qui passe en même temps sur deux chaînes différentes pendant qu’on mange, ce qui obligerait l’un à aller manger dans la chambre devant la seconde TV. Bonjour les taches de bolognaise sur les draps !

   

Evidemment, c’est archifaux et c’est bien peu réfléchir aux implications de nos goûts. La musique comme la cuisine est un plaisir assez insaisissable a contrario d’un film ou d’une série qui, comme un livre, fait beaucoup plus appel à notre entendement. Du coup, nos préférences cinématographiques ou littéraires sont bien plus révélatrices de ce que nous sommes et de ce qui est susceptible de répondre à nos préoccupations que ce que beaucoup ne voudraient bien le croire.

Il est donc très intéressant de jeter un œil aux goûts de quelqu’un et de voir ce qu’il aime vraiment, ce qui le captive le plus en pratique. Ce n’est pas un hasard si le public de « Taxi » n’est pas le même que celui de « 2001 : L’odyssée de l’Espace », et ce n’est pas qu’une question de génération ou de genre.

Me voilà donc à regarder « Cœur Océan », une série qui suit les vacances d’été à l’île de Ré d’un groupe de grands adolescents. Il faut quand même prendre en compte au départ que la série s’adresse au « public jeunesse » de France 2 (elle était diffusée dans KD2A) et que la grande naïveté de l’ensemble est forcément plus pardonnable que dans un « Lost » qui s’adresse à un public adulte (donc théoriquement en pleine possession de ses moyens). Je me suis ainsi regardé toute la première saison pendant mes petits déjeuners (après m’être enfilé goulûment les semaines précédentes « Les Mystérieuses Cités d’Or » et « Tom Sawyer » : j’aime assez la légèreté le matin pour accompagner mon café et mes tartines au miel) et il me faut reconnaître que c’était plutôt frais et plaisant dans ce cadre. C’est une série française donc forcément mal jouée et/ou mal écrite (à qui la faute ?) et c’est plus que cucul la praline. Malgré tout, c’est une « série jeunesse » française et pas américaine, et à ce titre, on a parfois le droit d’entendre parler de sexe à trois sans qu’il s’agisse de gros pervers drogués en perdition, et une fille peut s’intéresser et sortir successivement avec plusieurs garçons au fil des épisodes sans qu’elle soit considérée implicitement comme une salope. Pour le reste, difficile d’y trouver un profond intérêt – autre que sociologique – si on a plus de 18 ans…

Bon mais hé, le mec dans la colonne de droite, là ? Tu vas parler des séries TV pendant encore combien de temps ?? Non parce que tu la baises la nana, quand même de temps en temps ? MDR !!! Parce que si elle a rien d’autre à faire, ça m’étonne pas qu’elle soit obligée de se taper « Cœur Océan » pour prendre son plaisir, on fait avec ce qu’on a lol !

Bref, je n’ai pas d’autres exemples de manque de feeling à montrer. Il m’arrivait souvent de voir qu’Annie et moi on n’avait pas trop les mêmes sujets de conversation. Je le voyais quand j’essayais de parler de certains trucs et que je sentais qu’elle n’avait pas d’avis là dessus. Elle était plus dans le trip « histoires des copines », ou elle aimait bien me montrer des groupes de musique que je ne connaissais pas alors que c’est vrai que j’aurais préféré parler aussi de trucs autres, pas que de nos petites histoires personnelles. Mais bon après, chacun voit midi à sa porte, y’a pas de souci et chacun parle de ce dont il a envie de parler. On est en démocratie !

   

Alors forcément, face à une Annie en transe devant sa « série trop bien », je ne pouvais que me sentir des plus sceptique quant à la compatibilité de nos sujets de conversation. Je comprends bien que ce n’est peut-être pas sa série préférée mais de là à prendre un plaisir entier devant des intrigues qui pourraient faire rire un préado, il y a de quoi laisser songeur.

Je n’ai pas d’autres exemples concrets comme ceux-ci. Il m’arrivait souvent de voir que dès que j’abordais des sujets de manière théorique, ou que je tentais de réfléchir sur des thèmes particuliers, qu’ils soient d’actualité ou plus généraux, je la perdais tout de suite parce que ce n’était pas le genre de discussions dont elle avait l’habitude et ce n’était pas forcément à sa portée. Elle préférait me raconter sa journée, me parler de ses groupes de musique préférés ou me confier les frasques amoureuses de sa meilleure amie. Peut-être que si je lui avais mis deux petites couettes, j’aurais eu l’impression de me taper une fille de 14 ans légalement.

On pourrait être tenté de penser que son jeune âge – 23 ans – pouvait jouer dans ce qui pourrait n’être qu’un problème de maturité intellectuelle, et que du haut de mes plus de trente berges, je ne devrais pas exiger chez une fille de presque dix ans de moins que moi les mêmes centres d’intérêt. Par le plus grand des hasards, il se trouve qu’Annie n’a qu’un seul jour d’écart avec Léa (!) donc la différence entre les deux ne faisait que me sauter assez violemment au visage.

On a beau dire, après 18 mois de la même nana, je m’étais habitué à un certain niveau de meuf quand même. Franchement, après, repasser à une meuf d’un niveau en dessous, c’est trop trop dur lol. Ca te fout même la hchouma de discuter avec et tu sens que ça va trop pas le faire une fois que t’auras fait des cochonneries avec ! Quand j’ai rencontré Annie la première fois, je l’ai trouvée hyper sympa et tout mais faut que j’avoue que je ne me souvenais plus de ce que c’était une fille normale lol.

   

Après 18 mois de relation exclusive avec Léa, je m’étais habitué à ne pas avoir besoin de sous-titrer mes paroles, à pouvoir débattre de tout à égalité avec elle, à confronter nos expériences et nos points de vue, et je n’ai jamais senti le moindre décalage entre elle et moi. Ce contraste entre elles deux, c’est ce qui m’a le plus frappé lorsque j’ai rencontré Annie la première fois et je dois confesser avoir ressenti une certaine gêne teintée de honte face au décalage que je sentais entre nous.

Le but de ce post n’est pas de charger Annie, c’est une fille très gentille avec des valeurs humaines que j’apprécie, valeurs qui font partie pour moi des choses essentielles que je recherche dans mes relations. Elle est également loin d’être bête comme pourrait finir par le laisser entendre le développement de toutes ces réflexions. Comme je l’ai déjà dit, elle a une intelligence normale, ordinaire. Non, l’intérêt de ce post, c’est toujours de creuser, d’essayer de développer ses impressions et ses réflexions sur les relations. Et vous, alors ? Que pensez-vous de tout ça ? Vous êtes-vous déjà retrouvés dans des relations où vous sentiez un décalage ? Quels petits détails dans vos vies sentimentales vous ont marqué plus que d’autres, qui témoigneraient de votre discordance ?

27 réponses sur “Ma relation avec Annie (2) – Pratique”

  1. Pour répondre à la question bonus, cette série est à mettre dans la colonne de droite, bien sûr.

    Bien sûr que ce que les gens aiment est significatif de ce qu’ils sont. Par exemple mon meilleur ami est avec une nana et un jour je lui demande quel genre de musique elle aime. Elle me répond qu’elle ne connait rien en musique (et donc qu’elle n’aime rien????). Cela me parait inconcevable. Personne ne connait rien en musique. Même pas Madonne, Michael Jackson, le 2B3, rien??? La réponse est catégorique, rien. Je ne peux même pas comprendre que quelqu’un n’aime aucune sorte de musique alors que pour moi, la musique est une raison de vivre, quelque chose de très fort. C’est certain que je ne pourrais jamais partager l’essentiel avec quelqu’un qui me dirait une chose pareille.

    Sinon dans le passé je suis sortie avec un mec, très gentil, pas stupide et pas moche non plus. Mais ça ne collait pas. Il était trop gentil, un côté « bisounours » qui n’allait pas du tout avec ma manière de voir les choses. On pourrait se dire que ce genre de caractère peut nous rendre la vie plus légère. Mais non, je me sentais vide et je me suis vite ennuyée.

  2. Adama

    je ne vois pas trop ce que tu cherchais à démontrer…? Que vous n’ayez pas une sensibilité commune et que tu ne sois pas plus amoureux que ça d’Annie soit, de là à essayer de trouver des pseudos justifications basées sur la connaissance de quelques mots ou du non partage de goûts télévisuels…

    je trouve que tu fais de la psychologie de comptoir: on peut trés bien avoir une réflexion profonde sur le monde et aimer parler de choses inconséquentes…
    L’intelligence ne se démontre pas sur sa capacité à parler de choses sérieuses en mangeant des frites mais plus sur sa capacité d’adaptation aux autres : j’ai aimé des femmes intelligentes qui se plaisaient à regarder des séries débiles pour se relaxer le soir (même si l’inverse est plus rare…) je pense qu’on peut s’amuser justement de ce genre de choses quand on est vraiment bien avec la personne…

    Aprés je ne te connais pas donc je ne te jugerai pas plus que ça mais bon, je pense que tu n’étais tout simplement pas accroché et il est vrai que parfois on se met avec quelqu’un plus pour son Q que pour son QI.Il suffit de bien vouloir l’admettre c’est tout!

    PS: un conseil va draguer dans les facs littéraires si tu veux des femmes qui ont du verbe et qui lisent télérama….
    Pour abonder dans ton sens , il m’est nécessaire aussi qu’il y ait des affinités intellectuelles pour que ça fonctionne bien mais pas forcémment des goûts communs, j’adore qu’on me fasse découvrir des choses que je ne connais pas ou que je ne pensais pas pouvoir aimer au départ…

  3. @prenchfad
    Il y a quand meme certaines limites, il faut avouer que coeur ocean c’est un peu rédibitoire !
    Dans la serie autre details qui m’auraient géné, c’est l’envoi de la photo du chat. Ma soeur a créé une chaine sur youtube pour dixit « montrer au monde entier que sa chienne est la plus belle ». Sans deconner, le monde s’enfou !

  4. Je pense qu’il peut être difficile au quotidien de vivre avec quelqu’un qui semble trop différent de soi. Après, il ne faut pas non plus s’arrêter à des détails. Vivre une histoire d’amour avec quelqu’un qui ne sait pas aligner 3 mots correctemnt ou se servir de sa réflexion autrement qu’en jugeant un match de foot, je suis d’accord, ça n’a aucun avenir ni intérêt ! Et hormis le fait que ce garçon puisse être un bon coup, je me verrais très mal entamer quoique ce soit avec lui !
    Mais tu dis toi-même qu’elle est d’une intelligence ordinaire, votre décalage intellectuel était si dur à vivre ?

    Que tu n’aies pas senti cette histoire, je peux parfaitement le comprendre, ça ne se discute pas. Par contre, je me demande si tu ne te sabordes pas en t’arrêtant à ce genre de détails… :/

  5. mes réflexions du moment…
    bien sûr que tout le monde (enfin je l’espère) sait ce que c’est de devoir adapter son discours en fonction de l’appréciation que l’on se fait du niveau intellectuel des autres. on ne parle pas pareil et des mêmes choses à son patron et à sa femme de ménage (ceci n’empêche pas la politesse bien sûr). après, dans toute relation amoureuse, le décalage se doit d’être le plus limité possible pour qu’elle ait une chance de durer.
    sinon je suis d’accord avec toi sur le côté révélateur des goûts cinématographiques et littéraires (tout comme l’intérêt pour la VO que tu affectionnes tant ;-).
    j’aurais juste une question pour terminer (libre à toi de ne pas y répondre bien sûr): léa et toi-même semblez vous trouver mutuellement des qualités et un attachement rares, et pourtant vous avez choisi une relation « ouverte ». est-ce le signe que tu ne crois plus du tout au modèle traditionnel de monogamie et que tu n’as plus cette ambition pour ton avenir, ou juste que tu n’es jamais tombé amoureux d’elle et que tu attends cela pour y revenir?

  6. Ca ne ressemble plus à un récit de ta vie amoureuse ce site mais à une analyse biaisée des relations et pseudo-relations que tu as pu avoir
    et c’est assez triste
    le personnage a évolué d’une façon assez particulière, faite de suffisance, de jugements hâtifs (tout en continuant à fréquenter et même j’oserais dire profiter des autres), d’interpretation de tout et de rien
    on ne peut pas cracher dans la soupe et continuer à s’en délecter (déjà parce que c’est dégueulasse, et ensuite trop de gens le font hypocritement)
    il y a beaucoup de mesquinerie
    c’est un peu la caricature de l’homme qu’on aimerait pas croiser sur un site de rencontres

    je conseillerais à ceux qui lisent ce blog, le dernier post de Saskia sur son blog qui porte le débat beaucoup plus haut :
    http://www.saskiablog.fr/

  7. @Moldave :
    L’amour est un subterfuge de notre cerveau destiné à nous tromper afin de nous donner bonne conscience à vouloir engrosser une femelle et rester assez longtemps avec elle le temps qu’elle puisse se débrouiller toute seule avec son enfant ou d’en faire un ou deux autres.
    Il échappe donc aux critères que l’on se choisit pour trouver la femme « idéale ».
    Chercher à le maitriser est forcement voué à l’échec et engendre donc une frustration.

    Si on a une trop haute estime de soi et une confiance en sa capacité à pouvoir choisir et que l’on n’accepte pas les faits précédemment cités, il faut forcement reporter la faute sur l’autre, sous peine de voir son univers et ses certitudes exploser.

    Ce qui est triste avec Anadema c’est qu’il ne semble pas avoir compris que les rencontres virtuelles faussent le jeu de par cette recherche, de par le choix que l’on a et je pense que si on a là un moyen de rencontrer beaucoup plus de personnes qui de plus correspondent à nos critère physiques, intellectuels et sociaux, on a des chance de succès amoureux moindre que dans la réalité où l’on choisit moins consciemment ses partenaires.
    Sexuellement c’est complètement l’inverse, en ça ces sites sont un outil formidable, que ce soit pour les hommes qui peuvent toucher un maximum de filles que pour ces dernières qui peuvent faire de même sans passer pour des salopes.

    Anadema est devenu une sorte de robot, incapable d’apprécier les qualités d’une personne puisqu’il passe son temps à essayer d’en débusquer le moindre défaut.

    On est bien avec quelqu’un ou on ne l’est pas.
    Chercher les raisons de ce bien être et les analyser sous leur moindre couture ne me semble pas très constructif.
    Si le courant passe pourquoi ne pas tenter une relation, même si celle ci semble vouée à l’échec ? Ce n’est pas grave et on ressort toujours plus fort.

    Cette petite Annie si inculte peut devenir une personne très intéressante quand elle aura l’âge d’Anadema quand son alter ego si intelligente sera peut être une trentenaire aigrie et frustrée.

    Je pense qu’un garçon qui irait sur Meetic pour « niquer un maximum » a plus de chance de trouver l’âme sœur que celui qui y va dans ce but bien précis.

  8. Bonjour Anadema,

    Je lis ton blog depuis le tout début, et il me semble qu’une des rares fois où j’ai laissé un commentaire, c’était aussi à propos d’Annie, en particulier le raté d’Hiroshima.

    Je ne te connais qu’avec à travers ton blog, je ne peux donc pas bien mesurer à quel point le problème que tu rencontres est semblable à celui auquel je pense.

    En tout cas, ça me parle. Pour ma part, je suis facilement et négativement marqué lorsque je ne parviens pas à faire partager quelque chose que j’aime ; ou lorsque je ne parviens pas à faire partager mes arguments si c’est quelque chose que je n’aime pas. Mais je me soigne.

    Tu es très strict avec les différences de goût, il suffit de voir ton acharnement à l’expliquer en long en large et en travers au fil des années.

    Si c’était seulement un problème de décalage intellectuel (toi très fin, Madame un peu simple), tu aurais certainement utilisé la puissance du Web pour filtrer une fille qui par exemple adore The Shield et trouve PBLV nazebroque, ou que sais-je encore. Et basta, ce blog aurait été clôturé en moins de deux.

    Je n’ai pas la solution à ce problème. Vouloir quelqu’un avec qui l’on est le plus en phase possible, je ne trouve pas ça mal. Mais cette intransigeance dissimule aussi, je pense, un égocentrisme important.

    Il me semble que tu espères fortement que la personne réagisse de la façon que tu attends, aie précisément les mêmes standards, la même éducation, les mêmes critères, les mêmes attentes, la même capacité de discernement, les mêmes références. Si ce n’est pas le cas, tu « débandes » très vite dans la tête.

    Anadema, tu le suis ou tu le quittes.

    Si j’ai tout faux, c’est que ma propre expérience aura probablement déteint, tant pis.

  9. « On pourrait être tenté de penser que son jeune âge – 23 ans – pouvait jouer dans ce qui pourrait n’être qu’un problème de maturité intellectuelle, et que du haut de mes plus de trente berges, je ne devrais pas exiger chez une fille de presque dix ans de moins que moi les mêmes centres d’intérêt. Par le plus grand des hasards, il se trouve qu’Annie n’a qu’un seul jour d’écart avec Léa (!) donc la différence entre les deux ne faisait que me sauter assez violemment au visage. »

    Mais peut-être que Léa est une exception et que les filles de 23ans sont plus proches -au niveau des connaissances, des centres d’intérêt- d’Annie que de Léa.
    Tu es peut-être simplement tombé sur une fille plus mûre sans pour autant être une référence de l’âge qu’elle a.

    (j’espère que c’est clair, ce que j’écris)

  10. En effet, ces exemples permettent de comprendre le « décalage » (ou « manque de feeling » pour le niveau de lecture n°1 – oui je lis les deux, c’est amusant). Ce qui est impressionnant, c’est qu’Annie ne craint pas de passer pour une idiote auprès de toi. Comme tu le dis, mon premier réflexe (surtout lors d’un chat !) serait d’ouvrir un dico en ligne rapidement pour ne pas perdre trop la face. En fait, je n’arrive pas à trancher : soit elle a une totale confiance en toi et pense que tu ne la jugera pas (Coeur Océan quand même !), soit c’est un manque flagrant de curiosité, voire carrement une certaine paresse intellectuelle.

    Tu dis que cela « en révèle beaucoup sur ses capacités d’analyses et de réflexion ». Pas forcement je pense. Cela montre surtout qu’elle n’a pas du être beaucoup « stimulée intellectuellement », ce qui n’est pas irréversible. J’illustre : Quand j’ai rencontré mon compagnon, il affirmait avoir horreur de la VO (on y revient !) prétendant qu’il ne pouvait lire les sous-titres et voir les images simultanément. Après quelques mois de VO « forcée », le jeune homme ne tolère plus le moindre doublage. Conclusion, certains préjugés (la VO c’est relou, France culture/Arte c’est chiant, l’art contemporain ma petite soeur peut le faire, Cauet il est marrant, Coeur Océan c’est trop bien (?)) peuvent voler en éclat à condition d’une stimulation extérieure accompagnée d’un minimum de curiosité.

    Cela dit, je pense que tu as raison de prendre des pincettes pour aborder ce sujet et que tes exemples sont pertinents. A ton avis, penses-tu qu’Annie avait conscience de ce décalage ? Cela la mettait-elle mal à l’aise ? Et en avez vous parlé, et as tu invoqué cette raison pour expliquer ton manque d’engagement dans votre relation ?

    (Comme mentionné plus haut, l’analyse de Saskia sur le décalage fréquent entre les personnes sur les sites de rencontres, où « l’écrémage social » in real life (= fréquenter des personnes d’un même milieu, et donc avec les centres d’intérêt, culture et niveaux de vies similaires) est occulté par ce qu’elle appelle « l’illusion du choix » – me semble également une contribution pertinente au débat !)

  11. Cette fille est manifestement immature. Je me demande simplement comment elle a pu te plaire. Je te voyais plutôt avec des filles un peu cyniques ( le côté positif du terme)

  12. D’après mon expérience (et surtout celles des autres autour de moi), une différence intellectuelle comme mentionnée dans ce texte est difficilement compatible avec le bon fonctionnement d’un couple.

  13. Merci à tous pour vos témoignages et vos anecdotes sur vos expériences personnelles ! 🙂

    @ An’ : Je suis d’accord avec toi, la musique permet de partager beaucoup de choses qui ne passent pas ailleurs.

     
    @ pouet : Les animaux, autre grand fléau !

     
    @ alexia : oh si, je crois encore au modèle traditionnel et au couple soudé. Ce en quoi je ne crois pas (ou plus), c’est en la fidélité à moyen/long terme qui me semble être un mirage. Sinon, difficile de résumer ici ma relation avec Léa. Non, c’est vrai je ne suis finalement jamais vraiment tombé amoureux, mais ça ne m’empêche pas de ressentir pour elle bien plus que de l’affection et de l’attachement. C’est une des personnes avec laquelle j’ai le plus d’affinités (et de loin) aujourd’hui. Et au delà de ça, nous n’avons pas besoin de simplifier ou censurer nos pensées lorsque nous discutons ensemble, et pour autant, nous sommes loin d’être d’accord sur tout !

     
    @ Damien : Non, je ne suis pas strict avec les différences de goût. « Plus Belle La Vie », ce n’est pas une affaire de goût. Je ne cherche pas non plus mon double, pas plus que je ne rencontre que des filles avec lesquelles j’envisage une relation durable.

     
    @ Hën : Léa n’est pas la seule fille de moins de 25 ans que je connais. Et je n’ai pas attendu d’avoir 30 ans pour me rendre compte que chez TF1, « populaire » rime avec « gros blair ».

     
    @ Axelle : Oh mais non, elle ne passe pas pour une idiote à mes yeux juste pour ça. Qu’elle ait cherché dans un dictionnaire, ça n’aurait pas changé grand-chose, les opinions que l’on se fait de quelqu’un reposent sur un ensemble. Mais cet exemple est assez révélateur d’une manière de raisonner. Qu’elle n’ait pas eu de stimulation intellectuelle, peut-être. Mais tout ne s’acquiert pas, il y a une grande part d’inné aussi et les différences se repèrent dès l’école primaire. Peut-être que ton ami n’aimait pas la VO au départ. Mais ça peut juste vouloir dire aussi que ce n’est pas à la base un grand passionné par le cinéma ou l’art en général (ce qui n’est pas péjoratif, hein !). Il pouvait ne pas aimer la VO sans pour autant que son émission préférée, ce soit « Le Bigdile », je suppose ! D’ailleurs, pour info, Annie aimait bien les films en VO ! Par contre, penser sincèrement que France Culture/Arte c’est chiant, je crois que ça en dit bien plus long sur l’étroitesse d’esprit de quelqu’un.

     
    @ bianca : Il n’y a pas que les capacités intellectuelles qui m’intéressent chez une fille. Il y a aussi son corps, sa sensibilité, sa personnalité, ses valeurs humaines, etc etc. J’ai bien plus d’estime pour Annie que pour beaucoup d’autres personnes nettement plus gâtées intellectuellement, ne serait-ce que parce que c’est une personne entière et honnête.

  14. Salut,

    après une lecture attentive, je me demandais si tu avais jamais essayé les tartines au miel, mais avec le beurre salé en plus. Parce que, pour le reste, je m’identifie à ta réflexion. La colonne de droite, évidemment.

    A+

  15. @ Dominique : Figure-toi que je beurre toutes mes tartines au demi-sel, même quand c’est pour mettre du lemon curd (qui contient déjà du beurre) dessus. Donc, je ne puis qu’appuyer ta suggestion. Pain + beurre salé, c’est la base de la tartine pour moi ! 🙂

  16. Tu es un peu vicieux anadema, je suis sûr que tu savais très bien qu’elle ne saurait pas ce que veut dire « prosélytisme »!
    Mais elle a vraiment pas l’air très fute-fute c’est assez atterrant. J’aurais éventuellement passé l’éponge pour Hiroshima, quoique c’est au programme du bac et du brevet des collèges, mais avec son Coeur Océan elle va trop loin.
    J’aurais même pas envie de la niquer, trop gamine.

  17. salut
    Je decouvre tout juste ton site. Mon experience de meetic a ete tres breve – apparemment j’interesse surtout des sexagenaires libidineux (you lucky bastard!).
    J’apprecie ta demarche scientificomique, mais les FAQ et « conseils pour une debutante » me laissent un peu sur ma faim: l’ accroche. Je m’explique: meetic me semble un ocean dont il apparait bien difficile d’emerger. Or, si les filles que tu decris t’ont parfois deçu, il n’en demeure pas moins qu’a un moment tu les as jugees suffisamment interessantes pour les aborder. Qu’ est ce qui fait qu’en quelques lignes tu te dises oui/non/peut-etre? il est ou, le declic subjectif au dela du tri quantitatif (criteres de taille/poids/code postal/age)? Ou bien c’est juste une question de photo? (avis: les reponses des lecteurs m’interessent, mais merci de vous restreindre au constructif).

  18. Misty, je ne suis pas une grande habituée des sites de rencontre mais il ne me parait pas très difficile de saisir ce qui pousse à dire oui/non/peut-être. Dans la vraie vie, tu dis oui/non/peut-être selon le physique, la manière de parler et aussi selon ton humeur. C’est pareil en ligne, si la photo n’est pas mal, que la personne écrit bien (ou en tout cas mieux que les autres) et que tu es d’humeur (oui parce qu’il y a des jours où je suis bien plus exigeante que d’autres, va savoir pourquoi…), tu peux engager la conversation.
    Après, c’est toujours comme dans la vraie vie, si la conversation te plait, tu la continues et sinon, eh bien, tu laisses tomber.
    Je crois qu’il ne faut pas se poser plus de questions avant de voir la personne de visu (d’où l’intérêt de ne pas trop attendre).

    Je ne sais pas si je réponds vraiment à ta question mais en tout cas, c’est comme ça que je fonctionne.
    Il n’y a pas forcément de déclic, c’est simplement en fonction de l’envie de voir où ça peut mener.

    (sinon, je tenais juste à dire que moi je la trouve sympathique, Annie, tout de même)

  19. @ Misty : le déclic, c’est sans doute la photo assortie aux impressions que me laissent les premiers échanges. Si la fille m’énerve au bout de 5 minutes, c’est mauvais signe. Idem si elle semble strictement incapable de comprendre ce que je lui raconte (ça arrive souvent : même le premier degré, ça peut être trop subtil pour elles). Je teste aussi l’arrogance et la détestabilité : j’aime les filles (et les gens en général) sensibles et intègres. Mais tout ça ne signifie pas que je ne puisse pas me tromper.

  20. Oulala ça faisait longtemps que je n’étais pas venue.

    Alors tout d’abord coeur océan c’est nul MAIS comme toi Anadema j’aime le matin au petit déjeuner me regarder des débilités enfin j’aimais parce que maintenant j’ai l’obligation de regarder euronews ainsi que tous les indices boursiers : merde je me rends compte que je peux définir ce qu’est le CAC40!
    Tu devrais essayer Martin Mystère…

    Maintenant je réponds à tes questions.
    Oui je me suis retrouvée avec un homme avec qui cérébralement parlant ça ne fusionnait pas.

    Et petit détail sa mère lui avait offert une reproduction de Dali, je ne sais plus laquelle et sa copine officielle lui avait offert un poster de Tony Montana, il a décroché le Dali pour encadrer Tony Montana dans son salon et ne jurait que par lui.
    Je me suis dit que finalement il était mieux avec sa copine.

    C’est dommage que tu ne crois pas à la fidélité. En même temps la fidélité n’est-elle pas une invention?
    Oula je m’emballe hop un petit coup de coeur océan pour me remettre à niveau 🙂

  21. si je peux me permettre….la fidélité est une invention relativement récente datant à la louche du début du siècle et remise au goût du jour par réaction aux injonctions post soixante huitarde des « jouissons sans entrave »… Elle se rattache à notre perception moderne du couple où l’on choisit son partenaire sur une base affective et non plus d’intérêt comme celà se pratiquait au XVIII et XIXe….Il était même de bon ton à l’époque d’avoir une ou plusieurs maitresses voir des amants pour les femmes et d’aller au bordel pour les hommes…. Néanmoins je pense qu’on peut effectivement parler de croyance ou de voeux pieux en la fidélité…vu que l’inclinaison naturelle et l’érosion lente de la cristallisation amoureuse du départ vont conduire à aller voir ailleurs…aprés on peut attacher un engagement moral et tel un ascète tâcher de respecter « par croyance » cette fidélité avec le risque que cette rigueur ne devienne une telle contrainte interne au couple qu’elle amène aigreur et ressentiments…Une autre illusion mais qui date de 2000 ans de judéo christianisme à mon sens est de penser que l’infidélité serait plus masculine que féminine….Elle est juste moins tolérée socialement et moralement rappelons que le délit d’adultère était reconnu uniquement dans le sens femme trompant leur maris jusqu’aux années 70…dans un 200 ou 300 ans si l’égalité homme femme continuait à progresser (ce qui n’est pas certain..) on peut imaginer une juste répartition des infidélités dans le couple…la question se posant alors de savoir à quoi doit on ramener la fidélité ,est ce qu’il n’y a pas d’autres critères que celui du rapport au désir.?

  22. En quoi un engagement moral serait-il pernicieux et forcément synonyme de privation et d’ascèse ?

    Qu’est-ce qu’être fidèle ? C’est respecter son partenaire, tout simplement. Et se respecter soi-même aussi, je pense.

    Au cours de leur vie, tous les hommes (je parle de ce que je connais) éprouvent naturellement des pulsions sexuelles, du désir pour d’autres femmes. Passer à l’acte ou non est une simple question de choix. Les infidèles sont généralement très doués pour trouver tout un tas de justifications « naturalistes » à leur comportement. Ce n’est pas de leur faute, ce sont des hommes après tout…

    Certes, mais je ne suis pas totalement certain que l’hypocrisie, les mensonges, les risques que ce comportement peut faire peser sur le conjoint en terme de santé, soient eux vraiment naturels.

    C’est peut-être paradoxal, mais à mes yeux, l’homme infidèle n’a pas de couilles. S’il n’est pas satisfait dans son couple, pourquoi n’y met-il pas fin ? Ah oui, c’est plus sécurisant d’avoir une bobonne « stable » que d’être célibataire et d’assumer sa sexualité vagabonde…

    Quant à l’argument du temps qui érode le désir, je ne peux que constater, grâce à mon entourage, que l’homme ne devient pas infidèle. Il l’est, fondamentalement, dès le début d’une relation, si ce n’est en pratique, au moins en esprit.

    A titre personnel, entre mentir à la femme que j’aime en utilisant une autre femme comme objet sexuel dans son dos, puis faire l’hypocrite avec elle pour qu’elle me foute la paix, et vivre en accord avec mes sentiments et mes actes, j’ai fait mon choix.

    Cela n’élimine pas la tentation, demande peut-être parfois des efforts, mais je pense que c’est le prix à payer pour vivre une relation (et une sexualité) épanouie et sereine.

    La fidèlité ou l’infidèlité ne sont en rien des « inventions » ou à l’inverse, des « traditions », ce sont des comportements individuels, sans doute parfois influencés par le contexte social. C’est sûr que dans le cadre d’un mariage forcé, l’infidèlité se comprend. Mais nous ne sommes plus dans ce contexte, le mariage est libre, tout comme la séparation. Etre fidèle ou infidèle est un véritable choix de vie, aucune justification « naturaliste » ou « animalière » ne viendra étayer l’une ou l’autre option.

    Enfin pour répondre à Misty, la photo (réaliste) est très importante, parce que comme dans la « vraie » vie, l’attirance physique est indispensable à la naissance d’une relation. Après, pour ce qui est des premières discussions, je ne suis pas sûr qu’il y ait de recette miracle, ça collera ou ne collera pas. C’est l’esprit de l’interlocutrice qui bien souvent, éveillera notre curiosité. Un point qui me paraît essentiel aussi : quand j’ai fréquenté meetic, je me suis heurté à la méfiance et aux traumatismes de certaines meeticettes, froissées par les expériences malheureuses que tu évoques. Mais franchement, la suspicion, ça ne fait vraiment pas envie. Que des connards ou des pauvres types fréquentent le site, ça ne fait aucun doute. Mais l’homme normal et sain d’esprit que tu pourras croiser n’a absolument aucune responsabilité dans cet état de fait, et si tu ne l’abordes pas avec fraîcheur et enthousiasme, il ira très vite cliquer ailleurs.

  23. ton post suscite beaucoupe d’intérêt de ma part, il n’est pas polémique opposant simplement ce que tu appelles une intelligence ordinaire à la tienne, que je me garderai bien de qualifier, mais ta maitrise de l’écrit et des nuances plaident pour toi,
    ceci dit, j’ai simplement à témoigner du même décalage avec ma compagne actuelle, et d’ailleurs avec toutes mes ex compagnes,en raison d’un problème de manque d’estime sur lequel je ne m’attarderai pas, mais qui me cause bien des désagréments dans mes relations sentimentales
    et au passage j’apprécie que tu reconnaisses cepedant des qualités humaines appréciables à ladite Annie,
    en tout cas, ton texte m’éclaire sur mes propres relations, et sur ce qui m’apparait insupportable dans mes échanges avec mon amie,
    j’ai eu également à modérer mon niveau de language, et plus embêtant, mes sujets de conversations, je ne compte pas non plus mes exaspérations devant son manque de curiosité et de réaction, ou devant leur formulation par onomatopées ou par soupirs qui n’en disent pas si long que ça,
    j’ai souvent l’impression que son intelligence tourne comme moteur diesel qui met un temps parfois infini à exploser,
    ceci dit, je loue et j’envie sa sérénité,

    la dernière couleuvre à avaler, se fader dimanche soir les choristes, plutôt que le dernier jour du ondor de sydney polac et son cadre 70′ très exigeant,
    et je ne compte pas ses baillements et ses soupirs, devant d’autres cinéastes que j’apprécie, et que j’ai tenté sans succès de lui faire ingurgiter,
    je me trouve donc dans une situation bien connue de frustration intellectuelle, que je retourne contre moi-même dans un grand élan de mauvaise foi,
    et même si par ailleurs, j’ai bcp de tendresse pour mon amie, et si nos relations sexuelles sont plutôt satisfaisantes
    et à l’instar d’Annie, je peux affirmer que j’estime à leur juste valeur les qualités humaines de mon amie(bienveillance vis à vis des autres, joie non feinte, facilités sociales, absence d’angoisse existentielle) qui tranchent avec la morgue, l’instinct de supérioté de toute une tripotée bien dotée en capital physique et financier
    en d’autres termes, non que tu m’enlèves une épine du pied dont je n’aurai pas décelé la cause, mais le fait de reconnaitre un sentiment continu chez un semblable me déleste quelque peu,
    pour autant, si je reconnais un manque, je ne saurai caractériser définitivement mes sentiments
    Merci pour cette contribution

  24. Cher Anadema,

    Je découvre ton site en 2010, et ce fut une belle trouvaille qui m’a (pratiquement) fait passé une nuit blanche à lire tes pérpécies amoureuses virtuelles / réelles. Et encore je n’ai pas fini, j’ai « zappé les deux premières saisons » lol.

    Si j’ai passé bcp de temps sur ton site et que je le met ds mes favoris, c’est pour plusieurs raisons :
    – Je suis un homme, bientot la trentaine, sur Paris, et tjs pas « casé ad vitam eternam » pr le moment. Ca fait deja des pts communs.
    – La relation homme / femme m’interesse bcp, comme toi, d’un point de vue macro et micro, c’est à dire sociologiquement (et tu expliques tres bien l’evolution des comportements, accélérés par le web 2.0) et psychologiquement, donc ramené à l’individu ou au couple.
    – La richesse et l’interet d’un blog, à mon sens, en est dans sa longevité et la régularité des posts écrits : on peut dire que le tient est un exemple ! (meme si je noterai un petit bémol quand au décalage entre le réel et le moment d’ecriture)

    Reste quelques questions qui me tarrodent, je t’en livre 2-3 :

    – En 6ans de quête semi-professionnelle de l’ame soeur (ou fille formidable 😉 ) tu n’as jamais vraiment trouvé chaussure à ton pied ? Pas d’envie de long terme, d’emménagement, de stabilité, d’appronfondissement de la relation (quand c’est possible, on approfondie à 2 lol )

    – Et la pratique du off-line, tu as completement abandonné ? je sais que ce n’est pas exactement le sujet de ton blog mais une comparaison, un lien, seraient les bienvenus pour enrrichir encore cette analyse de la rencontre amoureuse

    Voila, je finis là pour aujourd’hui. J’espere que tu pourras m’apporter quelques elements de réponse et te souhaite l’épanouissement sentimental que tu mérite 😉 !

    Bien à toi

  25. Moi j’ai eu tout le contraire, j’ai rencontrer une fille au même niveau que moi(je ne dis pas être super intelligent loin de la j’ai juste un mode de questionnement différent) avec qui je pouvais discuter de politique, avec qui je pouvais partager mes réflexions sur le monde t’elle que je le voyais sans me stopper pour « sous titré » c’était magnifique! On était amoureux mais jamais aucun de nous deux n’a fait le premier pas (j’avais 16 ans aussi… mais je me suis toujours intéresser a des sujets autre que les filles, le cinéma, et tout les sujets stériles habituel) on est rester très amis le temps est passé et finalement on c’est un peu perdu de vu, même si je reprenais contact de temps a autre et qu’on allait au cinéma (pas pour regarder le film mais pour se regarder ahaha :p)
    Finalement je suis parti de mon coté elle du sien et plus jamais je n’ai eu cette complicité avec une autre fille, toute me parlait de leur ex (et je stop asser vite, je suis pas leur meilleurs amies je suis un mec j’ai pas vraiment envie de discuter des stupides amourette a deux francs six sous qu’elle ont vécu!) ou d’autre sujet encore une fois -stérile-
    Bref, donc avec le temps on c’est perdu de vu et j’apprend finalement qu’elle c’est mise avec un garagiste (j’ai rien contre eux hein :O ) qu’ils ont prit un appartement ect… Donc bon le temps passe je croise sa maman que je connait très bien (je suis souvent venu chez elle quand j’étais plus jeune) et je décide de reprendre contact avec elle… non pas avec un peu d’amertume (bah oui j’l’aimais bien moi :p) On discute et je me rend compte que se n’est plus la personne qu’elle était, elle se met a me parler de son chien (bon j’en ai un aussi je l’aime énormément et tout mais j’en fais pas 10 ligne voir plus j’en parle pas du tout sauf si on me pose la question…) je décide donc de la rencontré elle et sont « keupain » qui me semble l’avoir abrutis… Je vais a leur rencontre, on se remémore des bêtises qu’on a fait étant plus jeune bref on rigole bien… Oui on rigole bien, nous deux… le mec est mis de coté et ne suit pas la conversation. La le malaise en moi commence a se faire sentir, le mec qui me lance des regards froid (je voyais bien se qu’il se disait dans sa tête … ) l’ambiance a viré au froid d’un coup, le blanc a laisser place a des regards entre eux qui m’ont mis plus que mal a l’aise j’avais l’impression d’être de trop pire que je n’aurai jamais du venir! a partir de se moment la je n’ai plus parler, j’ai finis mon sorbet et je suis vite parti en disant simplement au revoir et merci d’être venu, encore désolé du dérangement!
    Sa ma presque fait un pincement au coeur, le souvenir auquel je m’attachais n’était plus ! ou plutôt ils ont été conquis alors que j’avais l’occasion étant plus jeune de les conquérir moi même… Conclusion: ne jamais retourné voir une personne pour qui on a ressenti un grand amour et avec qui on a eu de très bon souvenir une fois que le temps est passer et que la personne est parti vers quelqu’un d’autre (et c’est inévitable!).

    Je pense que je n’arriverai pas a m’attacher a une fille si cette la complicité des mots n’est pas présente… sinon j’aurai toujours l’impression de parler chinois avec un russe…

    Bref, voila c’était une petite histoire de moi. J’ai aujourd’hui 19 ans et j’ai AMPLEMENT le temps (du moins j’espère ^^’) de faire des rencontres et d’ailleurs pour l’instant c’est loin d’être une priorité pour moi le travail passe avant tout et l’argent aussi donc…
    Mais bon retrouvé cette complicité sa serait vraiment génial, j’ai fais un énorme tris dans mes amis et même dans ceux qui restent avec aucun je ne peux parler librement sans qu’on essaye de me contredire (alors qu’il n’y’a rien a contredire c’est juste une conclusion que je fais d’apres MA vision du monde c’est purement subjectif !! mais même quand je le souligne sa ne sers a rien on me traite de borné que c’est impossible de parler avec moi ! parfois on me demande même se que subjectif veut dire… c’est dire le niveau de mes interlocuteur …)ou de carrément ignoré mes paroles et passer sur des choses d’une banalité somnolente ><

    Anadema tes articles me font passer mon temps et me font bien rire (tu devinera facilement quel colonne j'ai lu et quel colonne j'ai ignorer :p) Merci de partager ton expérience. je partage un bout de mon histoire moi aussi! nah! je te vole la vedette!! (ou pas…)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.