Les hommes sont-ils pathétiques ?

La fausse fille créée sur Meetic fonctionne parfaitement bien : 100 visiteurs sur sa fiche au cours des premières 24 heures… elle attire les regards et c’est bien là son but. Si je ne vous cache pas que j’avais quelques (tous petits) scrupules au départ à tendre ce piège à cons, j’ai vite changé d’avis en voyant les premiers mails arriver.

Consternation, dépit, déception… résument assez bien mon sentiment. Certes, je ne m’attendais pas à voir Victor Hugo débarquer dans la boîte Mail. Mais rien non plus ne me préparait à ce degré zéro de la communication masculine.

Car non seulement ils n’ont rien à dire mais en plus ils ne s’en cachent pas !

Mettons les choses au clair : Si on sait tous que le chatteur moyen a rarement des choses intéressantes à dire, on se rend aussi vite compte que le chatteur mâle célibataire, bien que poussé par ses pulsions à rentrer en contact avec le sexe opposé, n’est pourtant guère plus inspiré que ses amorphes congénères. Pour sa défense, on pourrait très bien incriminer le facteur du direct : la rencontre se déroulant en temps réèl, il n’est peut-être pas très inspiré dans l’instant et intimidé par les secondes qui tournent et qui le rappellent à son clavier. On peut aussi affirmer que le dialogue du Chat réclame des phrases courtes et rapides pour favoriser le dialogue – par opposition au monologue du mail.

Par conséquent, pour ce qui est des mails, toute la subtilité des prétendants devrait s’y révéler : protégés derrière leur écran et libérés du chronomètre, les garçons ne devraient plus avoir aucune contrainte à soigner leurs écrits pour captiver l’attention de la belle. Or, à ce jour, sur les 22 mails reçus par mon appât féminin, il n’y en a pas un seul qui soit un tant soit peu captivant : non seulement, la grosse majorité fait moins de 160 caractères, soit la longueur d’un SMS… mais les autres ne sont qu’un copier-coller d’un rapide descriptif indigeste, bourré de fautes, aussi attachant qu’un yack empaillé.

C’est finalement une bonne nouvelle pour moi car j’ai l’impression d’un seul coup d’être propulsé au rang des hommes exceptionnels.

Mais je peux aussi me demander si toute cette misère humaine ne vient pas se rassembler justement sur les sites de rencontres… Auquel cas je ne serais plus qu’un borgne roi au royaume des aveugles.

L’histoire de Moutchiz

Voici l’histoire originale de Moutchiz, une demoiselle qui s’est lancée à la recherche de sa moitié sur le Net en utilisant les chats. Elle me raconte ici ses différentes expériences :

 » Pour ma part je suis passée par ta détermination à trouver quelqu’un d’extérieur à mon cercle de copains ou d’amis. Donc je suis allée sur des sites de chat, j’ai commencé par IRC, puis Caramail entrecoupé d’ICQ et maintenant je suis sur MSN mais plus pour filtrer les dragueurs. A l’époque, les sites que tu fréquentes étaient payants ou alors il n’y avait pas beaucoup de monde dessus. Quand je dis à l’époque c’était en 1998.

Quand j’étais sur IRC, je cherchais des gens avec qui parler en premier lieu puis après comme toi je sélectionnais les mecs avec lesquels j’avais le plus d’affinités. Ca a marché plus ou moins. Je suis sortie avec deux mecs pendant cette période. Des histoires très romantiques pour une fille. Par exemple un des premiers mecs que je devais rencontrer : On avait parlé 2 à 3 mois avant de se rencontrer et puis il y avait une sorte de feeling. Comment dire… On ressentait quelque chose de très fort alors même qu’on ne s’était jamais vu. C’était très bizarre. D’ailleurs quand on s’est vu la première fois le physique ne fut pas un problème parce qu’on se connaissait tellement bien qu’à la rigueur on s’en foutait ! Je devais prendre le train de chez moi jusqu’à Rennes. Ca faisait 7 heures de train. On ne s’était jamais envoyé la photo et je ne savais absolument pas qui je devais rencontrer. Je devais sortir du train avec une casquette noire marquée SPEED en rouge vif sur le dessus. Je devais monter les escalators et en haut un homme devait m’attendre et venir vers moi en me disant : « je suis Manu ». Je te dis pas. Je regardais tous les mecs un par un pour savoir s’ils me fixaient ou pas. Je me disais OUHHH ça serait bien que ça soit lui, il est mignon ! Bref un mec blond est arrivé vers moi et m’a dit la fameuse phrase. Et la tout le mystère était tombé, toute l’excitation était tombée. Mais ce que j’avais gagné c’était une personne avec qui j’ai continué à parler comme sur le chat. Je suis sortie avec bien sûr, il était romantique, gentil, bref je pense que c’était la crème des crèmes. MAIS la distance nous a séparés.

Ma deuxième rencontre était aussi un peu romanesque. Cette fois ci, direction Paris pour rencontrer un jeune informaticien. Lui connaissait ma tronche, moi non. Je devais l’attendre devant chez lui revenant de ses cours. Il arriva en scooter, tel un prince charmant sur son cheval blanc. Il se plaça juste devant ma voiture, arrêta le moteur, fit mine d’enlever son casque, attendit 30 secondes pour m’impatienter et là je découvris mon prince, une merveille de chez merveille. Cheveux roux blonds, yeux bleus, avec le coucher de soleil derrière lui, il ressemblait à un cow boy arrivant de nul part juste pour moi… trop cool les souvenirs… Avec celui là aussi j’ai rompu a cause de la distance, dommage mon prince charmant s’est envolé vers d’autres princesses.

A l’origine je ne devais pas raconter ces deux histoires mais c’est trop cool de pouvoir s’en souvenir, ce sont de très bons souvenirs.

Bref je reviens à mes moutons.

Pendant que je côtoyais ces deux mecs là, j’étais toujours sur le chat. Un mec d’un village voisin avait essayé de commencer à parler avec moi mais il me faisait chier. Il était lourd. Je l’ai même ignoré plus d’une fois sous IRC. Quel con ce mec. Il passait son temps à m’envoyer des messages débiles à chaque fois que je me connectais. Je me demandais même s’il ne passait pas tout son temps sur le chat. Il m’avait même envoyé une photo de lui et là je me suis dit AAAAAAAAAAAAAAHHHHHHHHHHHH quelle horreur on dirait Jésus !!!!!!!!!

Un jour je décide de m’investir dans une association qui faisait un journal d’actualité en ligne. Je reprends donc rendez-vous avec toute l’équipe. La personne qui m’a embarquée dans cette histoire me présente les gens autour de moi. Bizarrement il ne commence pas par le mec qui est à sa droite et qui est à ma gauche. Il commence par l’opposé. Puis il me présente Sylvain mais de manière bizarre. Il me demande si je le connais. Je dis non. Il me demande si je connais une personne dont le pseudo est un nom de voiture. Et là… ouh là. Je fais un bond et je me rends compte que ce Sylvain est le mec qui me fait chier sur le chat depuis pas mal de temps. Et là je me dis, le monde est petit et je n’ai vraiment pas de bol ! 🙂 Je me suis dis je ne suis pas obligée de lui parler parce que lui était webmaster et moi j’étais rédactrice. J’avais juste à lui envoyer par mail les textes. Tout au long de la réunion, il m’a regardé, il m’a dévisagé. Ca devenait chiant. Puis il a bien fallu que je lui parle ! 🙂 Et là, de fil en aiguille, je lui parle de mon problème de virus dans mon PC (KAK entre autre). Il me donne quelques conseils pour essayer le soir de le supprimer. Mais ça ne fonctionnait pas. Donc, par l’intermédiaire de la personne qui m’avait amené dans cette association, Sylvain a su que ça ne fonctionnait pas et m’a appelée. Là, c’est sûr, j’ai été surprise. On a passé pas mal de temps au téléphone, puis il a dû venir chez moi pour formater mon disque dur. Et donc forcément, quand on est avec quelqu’un on lui parle… même si il y a eu des désaccords quelques mois auparavant ! De fil en aiguille, j’ai commencé à l’apprécier parce qu’on parlait de tout et de rien. Et puis deux mois plus tard on sortait ensemble. Alors finalement cette histoire m’a démontré que le net tronquait les gens.

Les personnes ont un attitude différente sur le net et dans la vraie vie. Là, c’était flagrant. J’adore parler avec lui dans la vraie vie mais quand on était sur le net, c’était une horreur de chez horreur ! Au point de l’ignorer quand même ! Enfin voilà juste une petite histoire pour dire que le Net c’est très trompeur ! Mais pour moi je m’en fous un peu parce que j’ai trouvé mon chouchou, je suis toujours avec lui : ça fait plus 2 ans ! :- )
Et dire que c’est grâce au virus KAK !!!!!! ………. « 

Un nouveau jeu rigolo !

J’ai répondu a ANNA (qui habite loin de chez moi et qui m’avait écrit sur Meetic un message sympathique) en lui envoyant un petit mail la remerciant.

Je me suis aussi enfin décidé à répondre à BB (mais ça m’a coûté !) et lui ai demandé de façon claire mais somme toute mesurée si elle voulait continuer :
« (…) En fait, comme il m’a semblé que tu n’avais plus trop envie de parler par mail (tu ne me parles pas beaucoup de toi), je t’ai proposé de nous rencontrer. Mais, tu as esquivé discrètement la question ! J’ai donc envie de te demander ce que tu attends de moi ? En tout cas, pour moi, se rencontrer ne signifie pas grand-chose de plus que discuter de façon plus humaine, c’est-à-dire loin du virtuel. (…) »
J’attends avec impatience de voir sa réaction, en espérant bien sûr qu’il y en ait une ! Qu’elle réagisse, bon sang ! En bien ou en mal mais qu’elle réagisse !

Dans mon souci de toujours rendre ce blog le plus attrayant possible, je vous propose un nouveau jeu rigolo ! Un petit jeu immoral mais ô combien jouissif ! J’ai créé sur Meetic une superbe jeune fille de 19 ans, blonde, aux airs sensuels et visiblement peu encline à l’abstinence… Je lui ai préparé un petit texte de présentation fun, relativement superficiel, auquel j’ai bien sûr enlevé tous les accents et rajouté 3 fautes d’accord. Une nouvelle rubrique va donc bientôt naître et vous proposera de lire une collection des messages les plus vomitifs que peut produire la gent masculine. Un préférence ira bien sûr pour tout ce qui sera grotesque, à caractère misogyne, pathétique, etc. Il ne me reste plus qu’à croiser les doigts !
😈

Lassitude (passagère ?)…

LENA s’est éloignée d’internet pour « quelques temps ». Elle a changé sa description sur sa fiche et a écrit une sorte de message qui ressemble plus à un au-revoir qu’à un à-bientôt.

Donc, je suis lassé… Lassé parce que la fille qui me plaisait le plus jusqu’ici est partie avant même de pouvoir répondre à mon dernier message. Et je ne sais pas ce que « quelques temps » signifient pour elle… 10 jours ? 1 mois ? 6 mois ?

Elle cite 5 personnes sur sa fiche et j’ai le plaisir d’en faire partie. Un plaisir bien maigre face ma déception de la voir si vite disparaître. Certes, sa dédicace est rassurante dans la mesure où malgré le peu de mails que nous nous sommes échangés (2 chacun), mon impression de complicité naissante n’était pas rêvée. Il y avait bien le feeling que je percevais.

Mais je suis lassé… Lassé d’attendre… Lassé de m’investir vainement… Lassé de chercher en moi une énergie que j’ai parfois l’impression de gaspiller… Alors, je n’ai encore écrit à personne cette semaine. Ni à BB qui me lasse, ni à SUN, ni à personne d’autre…

Une octave au dessus…

Si je trouve maintenant les mails de BB indigestes parce qu’ils ne racontent finalement pas grand-chose de bien passionnant, ces mêmes mails souffrent encore plus de la comparaison avec ceux de SUN et se font enterrer définitivement au rayon de l’anecdotique. Avec SUN, et bien que nous ayons clairement des goûts différents, discuter devient un plaisir savoureux et stimulant. Quand on goûte aux paroles des gens passionnés, volontaires et curieux, il devient dur de supporter les compte-rendus météo des autres…

Voici 4 mails échangés avec SUN qui font suite au premier mail qu’elle m’avait envoyé fin avril (que vous pouvez (re)lire dans ce post : Nouveau lieu de rencontre : love.lycos). Je vous laisse apprécier leur saveur, sans commune mesure avec ceux de BB !

Des mails peu réjouissants !

J’ai reçu lundi un mail de BB. Malheureusement, pas de trace de réponse à ma question lui proposant de nous rencontrer enfin. 😐 Je ne vous dis rien et vous laisse constater la dégradation lente mais inéxorable de ses courriers… (me semble-t-il) :

Un premier bilan !

Aujourd’hui, cela fait 1 mois jour pour jour que ce blog a commencé. Sorte de premier anniversaire en quelque sorte et une occasion pour moi de dresser un premier bilan !

Ce blog a au départ vu le jour suite à ma décision de prendre en main ma vie sentimentale, de devenir actif en essayant de provoquer la rencontre plutôt que de l’attendre une éternité… ce qui s’était avéré complètement infructueux.

Lorsque l’on a renoncé à la piste des amies d’ami(e)s, il reste déjà peu de circonstances favorables à la rencontre amoureuse. Et je vous confirme, si vous en doutiez encore, que les occasions naturelles sont loin d’être fréquentes pour quelqu’un qui exècre les discothèques et autres lieux de fausse bonne joie où sévissent dragueurs de bas étage et frimeurs en tous genres, ces adeptes du je-me-la-raconte qui ne voient les autres et la femme en particulier que comme une feuille de papier-toilette à utiliser en abondance, sur laquelle poser ses marques et à jeter au trou pour la faire disparaître de sa vue après utilisation. Des vantards pitoyables mais qui me renvoient malgré tout en pleine face mon manque évident d’assurance et d’audace. Alors je les laisse être ridicule et ils me laissent être célibataire…

Grand toxicomane du web, je ne pouvais pas longtemps rester insensible au phénomène actuel des sites de rencontres. Ce Blog et la « rencontre en ligne » se sont donc trouvés de la façon la plus naturelle qui soit ! D’un seul coup, j’entrapercevais une méthode pour trouver des personnes – dont des filles – partageant mes goûts et ma vision de la vie et qui plus est : célibataires ! Eldorado en perspective ou mirage évanescent ? Tout reste encore à établir. Mon blog a ainsi pris une inclination franche en se consacrant exclusivement à ces « sites de rencontres » et à mes pérégrinations en leur sein : Recherche, contact, échange de messages… des moments virtuels à partager avec des personnes choisies ou me choisissant… Au final une occasion pour mieux comprendre le fonctionnement de ces sites, voir qui s’y trouve et s’il devient aussi possible qu’en apparence d’y rencontrer des gens intéressants avec qui partager plus qu’un courrier électronique.

Mon ambition sera comblée dès lors que j’aurai réussi à dépasser avec quelqu’un les frontières de cette virtualité pour partager une amitié sincère, cela même si mon idéal reste bien sûr de rencontrer LA fille formidable. L’idéal étant par définition inaccessible, son idée me sert avant tout à nourrir mon espoir et à attiser mon désir.

L’histoire de Persil

Voici l’histoire de Persil, son expérience originale via Love.Lycos :

 » Persil Wagonnet s’ennuyait dans la petite ville de province où il passait un long séjour forcé. Internet était sa seule porte vers le vaste monde, porteuse de divertissement, d’information, de culture… De site en site, Persil en vint à apprendre l’existence de la possibilité de faire des rencontres d’ordre amoureux par le truchement d’un ordinateur. Il échoua un soir sur le site « Love at Lycos ».

Mais Persil est un pudique. Mettre sa photo et une description de sa personnalité était à la fois trop simple et trop hasardeux. Il préféra rester évasif et construire un personnage romanesque d’amoureux transi plutôt que de se livrer sans concessions. Quatre choses qu’il aime et quatre choses qu’il déteste en diraient assez sur sa véritable personnalité.
Ceci fait, il se mit en chasse pour trouver le profil d’une jeune fille qui lui plairait. Difficile: la plupart ne disent rien d’elles, hormis qu’elles aiment le chocolat, qu’elles n’aiment pas la méchanceté ni le mensonge. Celle qui sortirait du lot n’en serait que plus formidable à ses yeux.

Dès le premier soir, Persil remarqua le profil de « la_femme_rose ». Cette jeune fille, dont l’image était irradiée de rose, avait choisi, à l’endroit où d’autres indiquent leurs mensurations, de raconter un conte, un peu confus mais très touchant, sur ce que l’on pouvait supposer être sa propre métamorphose. Est-ce par timidité ou simple précaution, Persil ne la contacta pas d’emblée. Il alla se coucher, et se dit que ça y était, c’était elle. Il réfléchit à la forme que prendrait la déclaration d’amour qu’il lui ferait en guise de prise de contact.

Le lendemain, il retourna dans son cyber-café de quartier pour écrire à celle dont il avait rêvé toute la nuit. La réponse à sa lettre enflammée fut un simple et sévère: « Poursuivez… » Il fallait donc encore écrire. La seconde lettre serait du même acabit. Persil avait pris le parti d’être d’emblée amoureux fou et amant courtois, s’adressant à elle en la vouvoyant. Puis la belle se fit un peu plus loquace, et pendant deux mois, les mots d’amour se succédèrent quotidiennement. Les quelques parcelles d’identité que les deux amants se livraient progressivement s’accordaient systématiquement. Mais l’amour restait virtuel derrière ces murs de mots, et aucune photo correspondant à la réalité n’ayant été échangée, tout restait à construire au jour de la rencontre. Rien n’était joué.

C’était il y a un an, et aujourd’hui, mademoiselle Rose et Persil Wagonnet connaissent, sur un registre très différent, une idylle aussi intense que celle qu’ont connue jadis leurs avatars sur le Net. « 

2 nouveautés sur le site !

Demain, cela fera 1 mois jour pour jour que j’aurai commencé ce blog. L’occasion de faire un premier bilan des courses… Glurps ! 🙄

Pour ce qui est de ce blog, je vous annonce l’arrivée de 2 nouveautés qui seront à développer dans les prochaines semaines :

1- Une nouvelle rubrique consacrée à VOS histoires personnelles avec les sites de rencontres ! L’occasion de connaître l’expérience heureuse ou malheureuse des autres, afin de mieux comprendre le phénomène actuel des sites de rencontres : nouvelle ère de la communication moderne ou prévisible adaptation électronique des petites annonces du journal local ? C’est à voir… En tous les cas, voici venir une première histoire qui nous est généreusement contée par Persil Wagonnet.

2- Une future rubrique premettra de suivre sur une même page l’intégralité des mails échangés avec une demoiselle en particulier. Une belle occasion de voir l’évolution (heureuse ou non) du ton au fil du temps et des lignes…
😉

La suite avec LENA…

S’il est une fille avec qui il me semble avoir le plus d’affinités aujourd’hui, il s’agit bien de LENA. Son premier mail enthousiasmant m’a laissé imaginer une fille dynamique, intelligente, indépendante, avec ses convictions et ses doutes, ses délires spontanés, son humour. Pour reprendre le mot de Thierry, c’est une fille qui semble avoir du chien ! D’autres diront que c’est une chieuse. Tout est affaire de vocabulaire. C’est en tout cas pour moi une qualité que j’apprécie en priorité chez mes amis : qu’ils aient du caractère et qu’ils soient passionnés…

Suite à son premier message (qui répondait au mien), je lui ai écrit une nouvelle lettre en suivant mon intuition et mon humeur du moment, en essayant d’être un peu sérieux et léger en même temps. Et au plaisir que j’ai eu à la faire, j’en déduis des affinités sincères que je peux partager avec elle. Quelle que soit la suite des évènements, je suis déjà content de ces simples moments d’échange où chacun dévoile un peu de soi avec honnêteté et une certaine forme naissante de complicité.

Voici mon mail, suivi du sien…